26 Septembre 2017

Tchad: L'irréalisme de Donald Trump

Les nouvelles mesures anti-immigration du président américain, Donald Trump, font couler beaucoup d'encre et de salive sur le continent africain, ces jours-ci. Comme à son habitude, l'imprévisible et controversé locataire de la Maison Blanche a encore fait des étincelles, en ajoutant trois pays à la liste des Etats dont les citoyens sont interdits sur le sol américain, notamment la Corée du Nord, le Venezuela et le Tchad.

Cette décision, qui entrera en vigueur à partir du 18 octobre 2017, est motivée par des «manquements à la sécurité».

Mais ce qui suscite, avec juste raison, la polémique en Afrique, c'est la présence du pays d'Idriss Deby Itno sur cette liste noire, au motif que le Tchad ne partage pas de «manière adéquate» les informations sur la sécurité publique et le terrorisme avec le pays de l'oncle Sam.

Le richissime leader républicain aux commandes des Etats-Unis a beau vouloir rendre son pays «sûr», certains experts américains ont du mal à comprendre cette fronde contre le Tchad.

Certains d'entre eux en sont encore à se demander comment le nom de ce pays, dont l'engagement dans la lutte contre le terrorisme ne souffre d'aucune contestation, a pu être associé à une telle campagne de dénigrement.

A moins d'être de mauvaise foi ou d'ignorer les sacrifices consentis par le Tchad dans cette guerre asymétrique, il y a un pas de ridicule que le bouillant Trump n'aurait pas dû franchir. Les observateurs les plus avisés et les dirigeants africains et surtout occidentaux n'ont de cesse de louer les efforts du Tchad dans le combat contre les djihadistes.

En plus de dépenser des sommes considérables , au point d'éprouver des difficultés financières, ce pays a perdu des dizaines d'hommes, comme cela a été le cas au Nord-Mali.

A tout point de vue, le Tchad passe absolument pour un allié stratégique, à la fois pour ses voisins que les Occidentaux, dans la lutte contre les terroristes dans le Sahel. Il n'y a pas matière à débat, quand on connaît le professionnalisme, la connaissance du milieu, la détermination et la pugnacité des soldats tchadiens.

Ce n'est pas le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta ou ses pairs de la sous-région qui diront le contraire. Outre-Atlantique, le Tchad est considéré comme l'un des partenaires «les plus solides» des Etats-Unis, en matière de lutte contre le terrorisme en Afrique centrale.

A ce titre, il fait partie du programme américain Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme (TSCTP), pour lequel des exercices militaires conjoints sont organisés avec les Etats-Unis. La France aussi n'est pas en reste, qui peut témoigner de la bonne collaboration avec l'armée tchadienne.

Les abords de la capitale N'Djamena servent de Quartier général (QG) à la force militaire française de l'opération «Barkhane».

Que dire de plus pour attester de l'abnégation de la nation tchadienne dans la croisade contre les «fous de Dieu». Les Etats-Unis devraient plutôt faire preuve de gratitude envers le Tchad, que de le diaboliser, tel que le fait son président aux idées parfois contreproductives.

C'est en toute légitimité donc, que le gouvernement tchadien s'est dit surpris par cette mesure discutable à bien des égards et loin de servir la cause de la diplomatie internationale.

Aussi, les autorités tchadiennes ont-elles demandé au chef d'Etat américain de reconsidérer sa position, estimant qu'elle nuit «gravement» à l'image du Tchad et aux bonnes relations entre les deux pays.

Au regard de ce qui précède, Donald Trump doit se rendre à l'évidence qu'il a plus que jamais besoin de ce pays, dans le contexte de multiplication des attaques terroristes sur la planète.

Le Tchad a peu de moyens financiers et militaires que la première puissance mondiale, mais sa situation géographique est stratégique. Trump doit alors mettre de l'eau dans son vin, au lieu de nourrir inutilement la polémique avec cette mesure à la limite peu réfléchie.

Tchad

Une nébuleuse entoure l'adjudication provisoire du projet routier » ABÉCHÉ-ABOUGOULEM «

Une grosse nébuleuse entoure l'adjudication provisoire du marché de construction routière «… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.