26 Septembre 2017

Sénégal: Une école de foot de Ziguinchor panse encore les plaies du Joola

Il y a 15 ans sombrait le bateau qui faisait la liaison Ziguinchor-Dakar. Une équipe de foot de Casamance fait partie des victimes de ce naufrage du Joola. Dans l'école de football, la vie a repris, mais on n'oublie pas.

Ce mardi 26 septembre marque le quinzième anniversaire de la catastrophe du navire le Joola qui avait sombré au large des côtes gambiennes, alors qu'il effectuait la liaison Ziguinchor-Dakar.

Parmi les 1.863 victimes de cette tragédie figurait une équipe de football issue d'une école de formation, créée dans un quartier populaire de Ziguinchor par une ancienne joueuse internationale sénégalaise.

Quinze ans après cette tragédie, notre correspondant dans la région, Mamadou Alpha Diallo, s'est dans ce quartier pour voir ce qu'est devenue cette école de football.

Chaque maison a perdu un enfant

Nous sommes à Belfort, un quartier populaire de Ziguinchor, devant un terrain vague. C'est ici que s'entraînent les enfants de l'école de football Aïcha, du nom de la fondatrice de cette académie qui avait perdu une équipe entière de football dans le naufrage du bateau le Joola.

En l'absence de la responsable, partie entraîner l'équipe nationale du Sénégal féminine des U20, c'est Ben Michel Kanfondy, un ancien pensionnaire qui nous replonge dans cette tragédie. Il se souvient: "C'est une équipe entière qui a péri. Toutes les maisons, ici, autour du terrain, avait un garçon au moins dans notre école de football. C'était très dur."

La volonté d'une dame de fer

Michel Kanfondy, le regard plein d'émotion, confie que c'est la force de caractère d'Aïcha qui a permis de relancer cette académie après la tragédie: "Aïcha est une dame de fer. Elle a su avoir les ressources nécessaires pour rebâtir l'école." Grâce à sa pugnacité, l'école a pu former de nouveaux jeunes dont certains sont devenus des internationaux "Citons par exemple Emmanuel Gomis, qui joue aux Emirats arabes unis, ou Arial Mendy, défenseur en équipe nationale locale."

La séance d'entraînement à laquelle nous avons assistée témoigne de la volonté de la fondatrice de donner l'espoir aux enfants comme Pape Mbengue, "pour l'instant en équipe minime", mais qui rêve de jouer en équipe nationale du Sénégal.

Pour que la vie continue

Lamine Diatta, un des entraîneurs, souligne que lui et ses collègues de l'encadrement se sacrifient tous les jours pour la mémoire des enfants qui ont péri dans le Joola et aussi pour maintenir la flamme d'espoir que cette école suscite au sein de la population. "Cette équipe est un symbole pour tout Ziguinchor, explique-t-il, Nous continuons à travailler dur pour rendre hommage aux victimes et que cette école au moins ne meure pas."

Sénégal

Un projet pour « contrer les risques de radicalisation violente des jeunes au Mali et au Sénégal »

Timbuktu Institute et West African Network for Peace building ont ouvert ce mardi 12 décembre à Dakar,… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.