20 Septembre 2017

Les intervenants discutent de la loi type pour le développement des infrastructures transfrontalières en Afrique

New York — Le projet de loi type sur le développement des infrastructures transfrontalières en Afrique a été mis au point aujourd'hui, à New York, avec Adeyinka Adeyemi, de la Commission économique pour l'Afrique, faisant savoir que la loi faciliterait l'investissement et le financement du secteur privé dans les entreprises d'infrastructures transfrontalières sur le continent.

M. Adeyemi, Conseiller principal et Chef du Groupe sur l'intégration régional et les infrastructures, de la Division du renforcement des capacités de la CEA (CDD), présentant la loi type lors d'une réunion des parties prenantes à New York, déclare que la loi garantirait également la transparence, l'efficacité, la responsabilité et la durabilité de ces projets.

Il ajoute que la loi harmonisera également la réglementation transfrontalière des projets d'infrastructures transfrontalières et favorisera le commerce intra-africain et les marchés intérieurs ouverts au commerce international.

La Loi type proposée pour le Programme de développement des infrastructures (PIDA) pour les projets d'infrastructures transfrontières en Afrique permet de réduire et de gérer les risques perçus associés au développement d'infrastructures transfrontalières et de combler l'écart entre les bénéfices sociaux et privés de ces énormes investissements.

« L'objectif consiste à mettre en œuvre et accélérer le Programme d'action de Dakar, en particulier l'investissement du secteur privé des projets du Sommet de Dakar sur le financement (DFS) et de promouvoir l'industrialisation du continent africain grâce au développement d'infrastructures transfrontalières », dit M. Adeyemi.

Actuellement, dit-il, il existe de nombreux défis auxquels sont confrontés les investissements dans les infrastructures transfrontalières en Afrique, dont le plus connu concerne les nombreuses politiques, lois et règlementations qui entravent l'investissement du secteur privé et freinent son élan et les risques spécifiques à chaque pays.

M. Adeyemi décrit les 16 projets d'infrastructures pour l'intégration africaine tels qu'énoncés dans le PIDA et partage également les articles sélectionnés de la loi type, expliquant comment ceux-ci faciliteront la vie en matière d'investissement dans le développement des infrastructures transfrontalières en Afrique.

PIDA fournit le cadre stratégique pour les projets prioritaires en vue de transformer l'Afrique grâce à la construction d'infrastructures modernes pour un continent interconnecté et intégré, compétitive au niveau national et dans l'économie mondiale.

Le développement des infrastructures, indique M. Adeyemi, est un facteur clé de progrès sur l'ensemble du continent africain et un outil essentiel pour une croissance durable et socialement inclusive.

Les participants présents à la réunion sont des représentants des Institutions des Nations Unies, de la Fondation africaine pour le renforcement des capacités (ACBF), de l'Agence du Nepad, du Pacte mondial des Nations Unies, du Centre du commerce international et autres.

La loi devrait être adoptée par les chefs d'État africains lors de leur sommet de janvier, à Addis-Abeba, en Éthiopie. M. Adeyemi informe que son équipe est satisfaite du soutien politique et de l'enthousiasme manifesté au haut niveau pour les infrastructures transfrontalières en Afrique.

Copyright © 2017 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.