27 Septembre 2017

Cameroun: Réfugiés - Plus de solidarité

Comme il l'a fait il y a un an, lors du Sommet sur les réfugiés organisé en marge de de la 71ème Assemblée générale des Nations Unies, le président de la République, Paul Biya se range définitivement dans le cercle restreint des dirigeants du monde qui se penchent sur la situation des personnes contraintes aux déplacements massifs forcés du fait de l'instabilité sociopolitique et des conflits armés dans leurs pays.

Du haut de la tribune des Nations unies, le chef de l'Etat camerounais a lancé vendredi dernier un appel à la mobilisation de la communauté internationale envers ces personnes vulnérables « blessées, martyrisées et menacées dans leur existence ». Paul Biya dont le pays héberge sur son sol plus de 300 000 réfugiés centrafricains et nigérians installés dans les régions de l'Est, de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord, a ainsi inscrit la thématique de l'humanitaire au cœur du débat général de la 72è session de l'Assemblée générale de l'ONU. Les statistiques du HCR signalent 20 000 réfugiés urbains qui vivent principalement dans les villes de Yaoundé et Douala.

7e pays africain et 13e mondial à abriter le plus grand nombre de réfugiés, le Cameroun se présente donc comme une véritable terre d'hospitalité qui accueille généreusement des réfugiés et des demandeurs d'asile. La labellisation de cette hospitalité légendaire dans une sous-région en proie à des turbulences structure le leadership du Cameroun et s'accompagne des principes diplomatiques invariablement adoptés par le chef de l'Etat dans ses relations avec les pays voisins, à savoir, la non-ingérence politique, le non-parrainage de belligérants et la participation aux opérations de maintien de la paix dans les pays en crise.

Comme il l'avait déjà fait pour les réfugiés congolais, rwandais et tchadiens, le Cameroun a spontanément et largement ouvert ses portes pour accueillir les citoyens nigérians et centrafricains dont l'existence était menacée dans leurs pays d'origine. Le cri de cœur que lance Paul Biya à cette tribune mondiale intervient dans un contexte où la charité internationale à l'égard des réfugiés connaît une tendance baissière alors que les fronts humanitaires et les besoins vont crescendo. Mais fidèle à ses engagements internationaux, le Cameroun assume, tant bien que mal, la lourde charge que représente l'accueil de ces milliers de personnes vulnérables sur son sol.

En plus des réfugiés, on dénombre plus de 200 000 déplacés internes du fait des exactions de la secte terroriste Boko Haram qui sème l'horreur et la terreur dans certaines localités de la région de l'Extrême-Nord. Même si le pays bénéficie du soutien des agences des Nations Unies, la gestion des réfugiés constitue un lourd fardeau pour l'État. L'afflux de milliers des réfugiés centrafricains et nigérians aggrave la vulnérabilité des populations hôtes, accentue une pression sur les ressources naturelles et les services sociaux de base. Le gouvernement du Cameroun, sous la houlette du chef de l'État Paul Biya, a toujours montré d'excellentes dispositions par rapport à cet épineux problème.

Il consent d'énormes sacrifices pour que les réfugiés soient traités avec humanisme, en attendant de regagner leurs pays respectifs dès que la situation s'y sera normalisée. Le HCR et les autres agences du système des Nations unies ont d'ailleurs toujours su exprimer leur reconnaissance au chef de l'État camerounais pour la manière dont il gère le problème des réfugiés. Le chef de l'Etat camerounais confirme aux yeux du monde sa vision humaniste.

Au regard de la persistance des causes qui ont poussé ces personnes à abandonner leurs pays et compte tenu de la multiplication de nouveaux foyers de tension, l'appel de Paul Biya se veut comme un plaidoyer pour plus de solidarité, de partage et d'engagement pour qu'à travers « nos politiques, notre comportement et nos actions, priorité soit accordée à l'Etre Humain ». Dans le contexte actuel où la montée des nationalismes tend à replier les Etats sur eux-mêmes malgré les proclamations d'ouverture, le message de Paul Biya se veut donc plus que jamais mobilisateur sur la problématique de la gestion des réfugiés.

Cameroun

L'agresseur d'un policier rattrapé à Douala

Robert Ying Dapsia avait poignardé un gardien de la paix 2ème grade à la gare ferroviaire a… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.