27 Septembre 2017

Sénégal: Maladie virulente pour la volaille et pathogène chez l'homme - Les acteurs attirent l'attention des autorités africaines

Un atelier régional d'élaboration des procédures opérationnelles de mise en œuvre des plans de contingence pour la surveillance et le contrôle des foyers d'influenza aviaire hautement pathogène, s'est tenu hier , mardi 26 septembre à Dakar.

La FAO, en collaboration avec le département de l'agriculture des états unies (USDA /APHIS) et le ministère de l'élevage a organisé cette rencontre à l'attention des autorités africaines.

Dans un souci d'attirer l'attention des autorités africaines sur les dégâts causés par les maladies virulentes pour la volaille et pathogène chez l'homme (IAHP), l'organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en collaboration avec le département de l'agriculture des états unies (USDA/APHIS) et le ministère de l'élevage a organisé hier, mardi 26 septembre , à Dakar un atelier régional d'élaboration des procédures opérationnelles de mises en œuvre des plans de contingences pour la surveillance et le contrôle des foyers d'influenza aviaire hautement pathogène. Ce, à l'attention des autorités africaines.

REDA LEBTAHI, représentant intérimaire de de la FAO au Sénégal dans son allocution a fait remarquer que «de 2006 à 2010, une vague d'épidémies due à la souche H5NP du virus de l'influenza aviaire hautement pathogène(IAHP) a été observée dans 7 pays d'Afrique de l'ouest et d'Afrique centrale. Apres 5 ans, en décembre 2014 une nouvelle vague d'épidémies du virus IAHP dues aux souches H5N1 ET H5N8 ont été notifiées dans 6 pays.

La souche H5N1 du virus de ladite maladie est connue pour être à la fois très virulente pour la volaille et pathogène chez l'homme. Depuis son apparition en Asie en 2004, la souche H5N1 a causé la mort de millions de volailles et engendré des pertes économiques évaluées à plusieurs milliards de dollars. En outre l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime à ce jour que cette souche est responsable de 21342 décès chez l'homme».

Selon lui, «de nombreux pays ont pu développer des plans de préparations et de réponses aux urgences qui fixent le cadre global des interventions contre l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP). La FAO et ses partenaires techniques dont l'USDA ont déployé de nombreux efforts pour aider les services vétérinaires à faire face à cette maladie.

Ces activités ont porté sur la formation, la fourniture d'équipement et de matériels, l'assistance technique, le développement des outils de préparation et de réponse, etc.». C'est dans ce sillage que le ministre de l'élevage, Aminata Mbengue Ndiaye a déclaré que la stratégie de prévention et de contrôle de la maladies était axée entre autres, sur l'interdiction de l'importation des produits de l'aviculture et des matériels avicoles usagés ; le renforcement de la vigilance aux frontières ; la mise en place d'un système intégré de surveillance épidémiologique.

Selon elle, dans le cadre l'approche «une seule santé» développée par l'alliance tripartie OIE, FAO, et OMS, le Sénégal va poursuivre et renforcer ses actions en matière de prévention et de lutte contre la grippe aviaire hautement pathogène».

Sénégal

WorldRemit et Wari offrent le transfet d'argent instantané vers le pays

Wari, plateforme leader en Afrique de l'Ouest et WorldRemit, compagnie de transfert d'argent, ont uni leurs forces en… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.