27 Septembre 2017

Burkina Faso: Projet riz pluvial - Les encouragements de la Chine/ Taïwan aux producteurs de Nariou

L'ambassadeur de Chine/Taïwan, Shen Cheng-Hong, est allé encourager les producteurs du groupement riz pluvial de Nariou dans le département de Sabou, le mardi 26 septembre 2017.

Le Burkina Faso importe environ 100 000 à 300 000 tonnes de riz par an. Et selon l'ambassadeur de la Chine/Taïwan, Shen Cheng-Hong, ces denrées importées, sont souvent vieilles et impropres à la consommation, d'où la nécessité d'accroître la production nationale.

Pour l'atteinte de cet objectif, il s'est rendu à Nariou dans le département de Sabou, le mardi 26 septembre 2017 afin d'encourager des producteurs qui exploitent un bas-fond rizicole aménagé dans le cadre du Projet riz pluvial, financé par la Chine/Taïwan.

Arrivé aux environs de 9h 45, le diplomate Shen Cheng-Hong a été accueilli par une foule des grands jours. Animation musicale, troupe de danse féminine, prestations artistiques, bref, les petits plats ont été mis dans les grands pour réserver un accueil chaleureux à celui qui a fait de la production rizicole son cheval de bataille.

Après les commodités d'usage, place à la présentation du bas-fond. Et c'est le président du groupement Nawamanegba, Salam Tiendrébéogo, qui a fait le point.

Il a relaté que sur une superficie aménageable de 100 ha, seulement 55 ha est actuellement exploitable. Il a laissé entendre que 647 producteurs dont 480 femmes et 167 hommes s'y activent pour faire du produit du groupement de production rizicole, un label dans la zone.

A l'écouter, depuis cinq ans, le bas-fond contribue au bien-être des exploitants. « Avec 165 tonnes attendues cette année, nous espérons engranger 7 948 100 F CFA de bénéfice », a appuyé M. Tiendrébéogo. Il a exposé les atouts qui sont entre autres, l'accessibilité du village, l'adhésion de la population notamment féminine à la production rizicole, la capacité d'extension du bas-fond.

Quant aux perspectives, il a avoué que le groupement entend continuer la sensibilisation pour une meilleure production de riz en qualité et en quantité.

Il prévoit également développer la production maraîchère et l'étuvage du riz et réfectionner les diguettes. Après cette brève synthèse de la situation du site, place est faite à la visite proprement dite.

Et c'est un bas-fond au stade d'épiaison, malgré les caprices de la nature, que le diplomate taïwanais a pu constater de visu.

Au cours des échanges, le président du groupement a rappelé l'importance du site pour la population et soumis une doléance. « L'absence de pluie est un handicap pour la production du riz.

Aussi voudrais-je vous solliciter, un appui en puits grands diamètres aux abords du bas-fond pour nous permettre de pallier cette situation de précarité des pluies », a formulé M. Tiendrébéogo.

Embouchant la même trompette, la représentante des femmes du groupement, Adjarata Kaboré, a plaider auprès de leurs hôtes, plus de points d'eau pour les cultures de contre-saison et de compostage de la fumure organique. Elle a aussi sollicité, plus de formations en matière de production, de qualité du riz et la dotation du groupement en étuveuse.

La réponse ne s'est pas fait attendre

En réponse aux doléances des producteurs de Nariou, le secrétaire général du ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Moussa Maïga, a indiqué que le Projet riz pluvial est désormais un label de référence dans la sous-région.

Il a relevé que la rentabilité du bas-fond est sans ambiguïté et qu'il est temps de songer à sa mécanisation. Il a pris la ferme résolution d'aménager 25 ha par an afin de couvrir d'ici à deux ans, les 100 ha de surface aménageable.

Le coordonnateur national du projet, Gaoussou Sanou, a affirmé que toutes ses préoccupations sont inscrites à l'ordre du jour dans l'agenda du projet. « Nous avons la pleine mesure des difficultés que vous vivez.

C'est pourquoi nous prévoyons vous doter en forage solaire, d'un magasin de stockage d'une capacité de 245 tonnes et le renforcement de capacité de tous les acteurs », a-t-il laissé entendre.

Et le directeur général en charge des aménagements hydrauliques, Amidou Sawadogo, de prendre l'engagement d'accompagner les producteurs de Nariou dans leur quête d'excellence. Pour l'ambassadeur Cheng-Hong, le riz burkinabè a de beaux jours devant lui.

« Aujourd'hui sur toute l'étendue du territoire, on consomme le riz et pour encourager les producteurs du riz local, nous sommes en pourparler avec l'armée pour l'enlèvement de la production », a-il-confié.

Il a assuré que le projet va s'étaler dans la durée afin de permettre au pays d'atteindre l'autosuffisance en matière de riz.

Et pour galvaniser l'ardeur au travail des exploitants du bas-fond, Shen Cheng-Hong leur a remis un kit composé de marmites, des passoires, des bâches, des fûts d'une valeur de 900 mille F CFA. Les engagements nationaux ont également promis un forage pour soutenir la production du riz dans le bas-fond.

Burkina Faso

57e anniversaire de l'indépendance - Le message du président du pays

Nous vous proposons le message à la Nation du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré,… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.