28 Septembre 2017

Mali: Des vidéos d'ébats sexuels de plusieurs acteurs publics sur Internet

Tout le monde serait-il en train de devenir acteur de pornographie à sa façon au Mali ? En tout cas, les Maliens ont été choqués ces dernières semaines par la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos pornographiques des personnalités publiques. Du jamais vu dans un pays à 90% musulman et relativement conservateur.

Tout a commencé en Avril dernier avec l'économiste Etienne Fakaba, qui travaillait à la présidence.

Quelques heures après avoir démissionné de son poste, une vidéo le montrant en train d'embrasser copieusement une jeune fille torse nue inonde facebook. La vidéo a fait le tour de réseaux sociaux, et certains se sont empressés de dévoiler l'identité de la jeune fille.

Tout dernièrement ce fut le tour de l'artiste rappeur Memo ALL Star, qui se montrait en plein ébat sexuel avec une jeune fille dont l'identité a été également livrée au grand public.

Moins d'une semaine plus tard, c'est le tour de l'humoriste Yaro qui fut exposé au grand public en pratiquant la levrette avec une jeune fille.

Et ensuite, une vidéo d'un jeune étudiant d'une des plus grandes universités de Bamako, qu'on voyait se masturber devant un ordinateur portable. Toutes ces figures de la scène malienne ont été récemment exposées sur les réseaux sociaux, plus précisément sur facebook dans leur plus grande intimité.

Divers raison de la présence de ces vidéos sur les réseaux sociaux

Quelques heures après la diffusion des trois dernières vidéos, chacun d'eux a essayé de s'expliquer. Memo All Star dans une vidéo expliquait que : « c'est bien moi sur la vidéo, mais tout le monde le fait.

Je suis juste victime d'une concurrence, les gens cherche à ternir mon image ». Il affirme que quelqu'un de son entourage lui a volé la vidéo pour ensuite la poster sur facebook.

Mais selon certains internautes, Memo All Star aurait posté exprès la vidéo pour faire taire la rumeur selon laquelle il serait un homosexuel.

L'humoriste YARO dira qu'il ne s'agissait pas de lui sur la vidéo, que la vidéo a été montée de toute pièce. Quant au jeune étudiant, lui aussi soutien qu'un proche aurait posté la vidéo à son insu à partir de son compte facebook.

L'économiste Etienne Fakaba Sissoko lui n'a pas réagir après la diffusion de sa vidéo. Certains soutiennent que cette vidéo s'est retrouvée sur facebook pour l'empêcher de révéler les raison de sa démission de la présidence.

Ils récoltent ce qu'ils ont semé

Certains internautes maliens blâment le gouvernement et les fournisseurs d'Internet qui ne font rien pour stopper ce phénomène.

Mais pour Jean-Luc, un blogueur malien « ce n'est pas la faute du gouvernement ou de qui que ce soit. Celui qui voit sa vidéo circuler sur les réseaux sociaux récolte ce qu'il a semé.

Si les gens ne veulent pas qu'ils soient exposés sur internet, qu'ils cessent de se filmer. Peu importe la raison pour laquelle les gens prennent ces vidéos intimes, un jour ou l'autre elles se retourneront contre eux, elles se retrouveront dans de mauvaises mains et quelqu'un les publiera par vengeance ou pour les ridiculiser ».

« Il faut que les jeunes maliens soient plus responsables et qu'ils se respectent » a dit à This Is Africa Dramane Diarra, transitaire.

« Ces vidéos peuvent ruiner tout une vie, surtout qu'on voit clair leur visage. Que pourront-ils dire à leurs enfants un jour ? Il faut vraiment qu'ils arrêtent », a-t-il ajouté.

« Ces vidéos devraient servir de leçon à ceux qui se plaisent à se filmer lors de leurs intimités, et surtout qui gardent les vidéos sur eux », a averti Mohamed, journaliste.

Mali

L'ex-général Moussa Sinko Coulibaly dévoile ses ambitions politiques

Après avoir adressé début décembre 2017 une lettre de démission à sa… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.