28 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Situation des déplacés préoccupante dans le Tanganyika

communiqué de presse

A Kalemie, Province du Tanganyika, le Gouverneur de province, Richard Ngoy Kitangala, avait annoncé la fermeture prochaine des huit sites des Déplacés se trouvant la périphérie de la ville, le 1er septembre passé, devant les agences du système des Nations Unies, les autres ONGs internationales et divers autres acteurs humanitaires engagés dans la protection des vulnérables.

L'autorité provinciale a fixé au cours de cette rencontre tenue au Chapiteau du gouvernorat le 30 septembre 2017 comme la date limite devant être respectée pour la fermeture de tous les sites des déplacés internes. Les déplacés de leur côté approuvent la mesure mais ils avancent des préalables sécuritaires.

Cette mesure de fermeture des sites de déplacés internes vise la relocalisation des déplacés vers deux sites ouverts au village Mwaka, à 28 km sur l'axe Moba, au Sud de Kalemie et au village Kabulo, à 50 km sur l'axe Nyunzu, au Sud-ouest de Kalemie.

La première opération de relocalisation des déplacés à Mwaka remonte en avril dernier. Aujourd'hui, ce sont près de 3000 ménages des retournés qui ont été relocalisés au site de Mwaka ; ouvrant ainsi la voie à la réalisation du projet du gouvernement provincial du Tanganyika de fermer progressivement d'autres sites sur la ville. Cette opération de relocalisation a été précédée par une première ayant permis d'évacuer en avril dernier par la voie ferrée des centaines des déplacés de Nyemba, Nyunzu et Kabalo par un train de la Société nationale des chemins de fer du Congo, SNCC, jusque dans leurs zones d'origine.

Le Ministre provincial de l'Intérieur, Joseph Kiluba, a déclaré que le gouvernement provincial du Tanganyika tient à désengorger les sites de déplacés autour de la ville, devenus des lieux de refuge aux malfaiteurs, auteurs d'actes répréhensibles sur la population, afin de rétablir la sécurité.

La mesure de fermeture des sites de déplacés internes est pour la majorité des déplacés, une bonne chose. Toutefois, certains déplacés, bénéficiaires de ce projet du gouvernement provincial, posent des préalables sécuritaires avant de retourner dans les nouveaux sites.

C'est le cas du Président du Comité des Déplacés de l'axe Tabacongo, Michel Kakozi Balumiana, installé depuis fin avril 2017 avec 1444 ménages de déplacés en provenance de 12 villages environnants.

A Tabacongo, a-t- il indiqué, nous avons eu des champs, aujourd'hui détruits, et des maisons incendiées par la milice Twa dans les villages ; les enfants doivent être scolarisés, et nous amener à Kabulo où il n'y a pas de champs ; c'est nous contraindre à une nouvelle vie qu'il nous faudra découvrir. Si la sécurité est établie là-bas, nous trouvons mieux que cette même sécurité soit aussi assurée dans nos milieux d'origine où nous aurons moins de problèmes de survie, a insisté Michel Kakozo Balumiana.

Congo-Kinshasa

400 000 enfants risquent de mourir de faim dans le Kasaï

En République démocratique du Congo, 400 000 enfants sont aujourd'hui en état de malnutrition… Plus »

Copyright © 2017 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.