28 Septembre 2017

Cameroun: La crise anglophone emportera-t-elle Paul Biya ?

analyse

Au Cameroun, la gestion de la crise anglophone est de plus en plus critiquée. Pour beaucoup de Camerounais, le gouvernement de Paul Biya n'apporte pas les réponses adaptées à cette crise. Dans les régions anglophones, les contestations ont repris. Certains appellent à la démission du président Biya.

La crise anglophone au Cameroun va-t-elle emporter le président Paul Biya ? Question de polichinelle ! Le président camerounais fait l'objet de critiques acerbes. La gestion de la crise anglophone au Cameroun a fait réagir le Front Social Démocrate (SDF). Il demande la démission du président Camerounais. Et pour cause, le SDF qualifie de « réponse inadéquate » les mesures prises pour régler ce qui est appelé au Cameroun « le problème anglophone ».

Pour répondra à la contestation, Paul Biya et son gouvernement ont instauré dans les zones où sévissent la crise anglophone au Cameroun, des couvre-feux et des restrictions de mouvement. C'est ce que déplore le Front Social Démocrate. Le premier vice-présent nation du SDF, sur 237.online.com, a appelé Paul Biya à une « démission immédiate ». Car, pense-t-il : « le président a échoué à rencontrer des leaders de la société civile ou bien à se rendre dans les régions anglophones ».

Amalgames dans la crise anglophone au Cameroun

Comme dans de pareilles situations en Afrique, le gouvernement camerounais, depuis plus d'un an tarde à répondre à cette crise. Les régions du Nord-Ouest et Sud-ouest du Cameroun veulent se séparer du Cameroun. Pour le gouvernement de Paul Biya, ce mouvement est « une velléité », un coup monté, pour déstabiliser le pays.

Naturellement, la réponse à ces contestation a été entre autres l'arrestation de plusieurs leaders de ces zones ; la coupure d'Internet durant 90 jours et d'autres persécutions. Alors que la crise perdure et est depuis radicalisé, Paul Biya est appelé à la démission. Pour la société civile camerounaise, la crise anglophone au Cameroun n'est que le résultat d'une mauvaise gestion des ressources du pays et une politique de marginalisation d'une partie de la population camerounaise.

La crise anglophone au Cameroun, une crise sociale majeure en vue !

A Bamenda, principal foyer de la contestation, la radicalisation du mouvement est constatée. Pour une première fois depuis 1961, l'unité du Cameroun est mise à rude épreuve. Entre fédéralisme et sécession, les régions anglophones semblent avoir fait le choix de la sécession avec les leaders radicaux. De plus en plus ces derniers appellent à une indépendance vis-à-vis du pouvoir central.

Selon RFI, plusieurs témoignages signalent le déplacement des populations. Elles quittent Bamenda, Buéa, tant la tension est palpable. Une forte présence militaire et policière est signalée dans ces villes contestataires et l'on y craint la brutalité militaire comme réponse du gouvernement. Les régions où sont née cette crise anglophone au Cameroun accusent le régime de Paul Biya de corruption, de marginalisation, d'absence d'élection libres et transparentes... Mais arriveront-elles à se débarrasser de Pau Biya et de son régime ? That is the question !

Cameroun

L'écrivain Patrice Nganang placé en détention

Patrice Nganang devrait être présenté à un juge ce matin. Contre lui, trois chefs… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.