28 Septembre 2017

Burundi: La société civile burundaise en appelle rapidement à la Cour pénale internationale

Photo: ONU/Jean-Marc Ferré
Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.

Avant que le Burundi se retire du statut de Rome, la société civile fait pression pour l'ouverture d'une enquête par la Cour pénale internationale sur les crimes commis lors de la période post-électorale d'avril 2015.

"Il y a eu des crimes contre l'humanité" (Lambert Nigarura)

Cela fait plus d'un an que la société civile et l'opposition attendent louverture d'une enquête par la Cour pénale internationale sur les crimes commis lors de la période post-électorale d'avril 2015 au Burundi. Alors le 19 juillet dernier, une dizaine d'organisation de la société civile ont lancé une campagne des 100 jours pour mettre la pression sur la CPI afin d'ouvrir cette enquête. Mais la CPI est prise par le temps, car le 27 octobre le Burundi devrait se retirer du statut de Rome et donc ne plus reconnaître la CPI. "Après le Burundi ne sera plus tenu de coopérer", explique Lambert Nigarura, président de la Coalition burundaise pour la Cour pénale international.

Transmission d'informations

Pour tenter d'obtenir l'ouverture d'une enquête, la sociéte civile ne ménage pas ses effrots. "Nous essayons de documenter ces violences et de les transmettre au procureur le plus régulièrement possible", détaille Lambert Nigarura. Chaque mois un rapport est établi. Il reste moins d'un mois à la Cour pénale internationale pour lancer une action.

En savoir plus

Human Rights Watch salue le rapport sur la situation de la Commission d'enquête sur le Burundi.

La Commission d'enquête a récemment confirmé « la persistance d'exécutions… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.