28 Septembre 2017

Nigeria: Dans le bassin du lac Tchad, les personnes les plus vulnérables sont « à deux doigts de la famine »

Si l'augmentation de l'aide internationale pour le bassin du lac Tchad cette année a permis d'éviter une famine dans le nord-est du Nigéria, des millions de personnes sont encore en situation de vulnérabilité, a déclaré jeudi le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock.

« Il y a encore des millions de personnes qui souffrent et continuent de souffrir », a déclaré M. Lowcock lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York. « Beaucoup d'entre eux sont à deux doigts de la famine », a-t-il ajouté, suite à son déplacement au Niger et au Nigéria plus tôt ce mois-ci.

Celui qui est également Coordonnateur des secours d'urgence a dit avoir rencontré à Ngagam, dans la région de Diffa, au Niger - « la région la plus pauvre du pays le plus pauvre du monde » - et à Maiduguri, Pulka et Gwoza dans l'Etat de Borno au Nigéria, des « personnes extrêmement vulnérables » déplacées par les conflits.

« Ces gens veulent rentrer chez eux, ils veulent une chance de reconstruire leur vie. Mais ils veulent le faire lorsqu'il sera sûr de le faire », a souligné M. Lowcock.

Environ 1,8 million de personnes au Niger sont en situation d'insécurité alimentaire. Quelque 800.000 enfants sont touchés par une malnutrition aiguë et près de 250.000 personnes sont soit des personnes déplacées internes ou des rapatriés ou réfugiés du Nigéria, a-t-il souligné.

Dans le nord-est du Nigéria, environ 6,5 millions de personnes ont besoin d'une aide vitale. Près de 5,2 millions de personnes souffrent d'une insécurité alimentaire grave et 450.000 enfants souffriront d'une malnutrition aiguë sévère, cette année.

La crise dans le bassin du lac Tchad, qui couvre le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad, est complexe car les pays sont confrontés à l'insécurité, aux chocs climatiques, à l'extrême pauvreté, et aux conséquences d'une gouvernance inadéquate dans de vastes pans de la région.

« Mais la voie à suivre est également claire », a affirmé le Secrétaire général adjoint, soulignant la nécessité de soutenir une réponse humanitaire efficace et d'assurer une meilleure protection des personnes.

« L'accès a été amélioré dans de nombreuses villes, mais il y a également eu une récente recrudescence d'attaques horribles contre des civils dans les quatre pays. Au Niger, les prises d'otages ont augmenté, alors que les enfants du Nigéria ont été utilisés comme des bombes humaines », a déclaré M. Lowcock.

En ce qui concerne les autres régions du monde, le Coordonnateur des secours d'urgence a déclaré que « jusqu'à présent, en Somalie, la famine a été évitée » alors qu'au Soudan du Sud, « la famine a été déclaré dans quelques comtés de l'Etat d'Unité, qui a touché environ 50.000 personnes plus tôt dans l'année, mais cette situation a été maîtrisée assez rapidement ».

Qualifiant la situation au Yémen de plus grande crise humanitaire au monde, M. Lowcock a souligné que l'état de famine est encore écarté, « mais les niveaux de souffrance au Yémen sont vraiment astronomiques. Il y a une situation vraiment horrible ».

Nigeria

Aiteo nouveau sponsor titre des CAF Awards

Le géant nigérian du secteur énergétique, Aiteo, un des leaders du continent africain dans… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.