28 Septembre 2017

Sénégal: Immersion de 2000 pots de ponte à poulpe par le CLPA de Sindia-Nord

Saly-Portudal (Mbour) — Les membres du Conseil local de pêche artisanale (CLPA) de Sindia-nord, dans le département de Mbour (ouest), ont immergé, jeudi, à Saly-Portudal, 2000 pots de ponte à poulpes pour favoriser leur régénération, a constaté l'APS.

Sur les 2000 pots, 1 500 sont financés par le ministère de la Pêche et de l'Economie maritime et les 500 autres sur fonds propres par le CLPA, pour un coût de 2,5 millions de francs CFA, dont 625 000 francs CFA représentant la contribution de la structure, a expliqué son coordonnateur, Abdoulaye Ndiaye. Ce dernier est également le coordonnateur du Réseau national des conseils locaux de pêche artisanale du Sénégal (RNCLPAS).

"Cette activité entre dans le cadre de la gestion durable des ressources halieutiques, particulièrement de la régénération du poulpe qui occupe une place de choix dans la pêche au niveau du département de Mbour et dans l'espace couvert par le Conseil local de pêche artisanale (CLPA) de Sindia-Nord", a-t-il précisé.

Selon lui, le choix de Saly-Portudal pour abriter la cérémonie d'immersion de ces pots s'explique par le fait que cette localité occupe la première place en termes de débarquements, devant les autres CLPA de Sindia-Nord. On y débarque, en effet, plus de 69 tonnes de poulpes, soit plus de 52% du total, pour une valeur commerciale d'environ 175 millions de francs CFA.

La cérémonie d'immersion était axée sur le thème : "Gestion des ressources et érosion côtière : quels impacts potentiels des changements climatiques sur les communautés de pêcheurs".

Pour Abdoulaye Ndiaye, "nul n'ignore que les impacts de l'érosion côtière sur les communautés de pêcheurs de Saly et sur la façade maritime avec la destruction des aires de débarquement des pirogues a beaucoup perturbé l'écosystème côtier avec la disparition d'espèces et d'habitats, ainsi que de zones de reproduction de diverses espèces".

"D'autres phénomènes pourraient être constatés, si aucune réaction n'est faite pour préserver cet écosystème des risques liés aux changements climatiques", a-t-il averti.

Pour cette raison, il estime que toutes les mesures de gestion visant une espèce donnée contribuent à la résilience des communautés des pêcheurs face aux effets néfastes des changements climatiques.

D'où la nécessité de mener des actions de sensibilisation en direction de ces communautés sur tout acte de destruction ou de mauvaises pratiques pouvant contribuer à accentuer ces répercussions sur l'environnement et sur les communautés.

Abdoulaye Ndiaye a demandé aux maires des 16 communes du département de Mbour de prévoir dans leurs réserves foncières des zones de recasement pour les populations habitant en face de la mer et qui pourraient se retrouver dans des situations critiques si des solutions idoines ne sont pas trouvées à ces phénomènes d'érosion côtière et de changements climatiques.

"J'exhorte la SAPCO (Société d'aménagement des côtes et zones touristiques du Sénégal) et les hôteliers à travailler avec les ONG qui s'activent dans la gestion environnementale et à la protection des zones menacées par l'érosion côtière pour trouver des solutions idoines à ces problèmes et contribuer au financement du plan d'adaptation de la pêche face aux changements climatiques à l'horizon 2035", a lancé Ndiaye.

Sénégal

Une journée solidaire autour du sport et de la santé, dimanche

L 'association "Dr Nakamou" et la 3e promotion des étudiants en médecine de Saint-Christopher organisent… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.