29 Septembre 2017

Cameroun: Drame de Njindoun (Foumbot) - Déclaration du président national de l'Udc

Avec le drame de Njidoun -Foumbot. La justice populaire récurrente dans notre pays nous interpelle : Mobilisons nous pour le règne du droit 

Le drame de Njindoun (Foumbot), suite aux disputes pour question de terrains entre les populations entraînant assassinats d'hommes dans toute la barbarie indigne de notre temps et de notre pays, nous interpelle ; et cela profondément face à la noble mission d'acteurs et d'actrices de paix et d'harmonie qui nous incombe comme citoyens, citoyennes. En effet parce que le Cameroun est par nous tous, pour nous tous, nous sommes tous, toutes des acteurs, des actrices dont la finalité supérieure est de rendre tous les citoyens heureux et vertueux par le triomphe et le respect des lois de la République.

Le drame nous permet de mesurer combien les excès peuvent chasser de l'esprit la raison, la patience qui permettent à la vertu de s'épanouir conduisant ainsi entre autres à la recherche du juste milieu en se parlant, en dialoguant pour trouver la solution aux problèmes, qui opposent, qui sont sources des tensions conflictuelles pouvant dégénérer tragiquement, comme à Njindoun, en tueries barbares ôtant à l'être humain toute son humanité, toute sa dignité.

Face à une telle tragédie, il est important et fondamental de chercher les causes, les niveaux des échecs, des faiblesses, dans la gestion de la société entraînant les destructions des vies humaines. Ceci afin de sortir des inerties, des simples constats sans lendemains pour mobiliser tout le monde, chaque personne ou groupe de personnes et plus encore les institutions qui forment pour :

- Une connaissance, pour leur respect, des lois,

- La maîtrise des rouages qui permettent de comprendre ses droits et celui des autres,

- Avoir des comportements citoyens, républicains, patriotes

- Réaliser que l'on ne peut réussir qu'en étant ensemble, qu'en construisant ensemble ;

- Asseoir la culture permettant de réaliser et d'intégrer dans sa vie que quand on ne respecte pas la loi on est jugé, sanctionné.

- Réaliser que l'on ne se fait pas justice soi-même pour se rétablir dans ses droits.

La formation, l'éducation citoyenne voilà la première réaction que j'avais eue en écoutant les Hauts Magistrats de la République lors de la Rentrée Solennelle de la Cour Suprême ; ils avaient relevé la montée forte, dans notre société, du recours à la justice populaire entraînant des tueries, des assassinats de personnes, le non respect de la dignité humaine dans notre pays.

De telles situations dramatiques, sortant du champ des faits divers rares, appellent à la nécessité impérieuse de mettre en place tout un plan de réflexions, de recherches aboutissant à un programme et toute une organisation pour les enseignements en vue de la culture du règne du droit à travers l'éducation, la sensibilisation de toutes les couches sociales.

Pour ces activités les populations à préparer, à former, à sensibiliser vont et doivent être des partenaires parties prenantes. Ici les jeunes seront aux premiers rangs pour ainsi mettre fin aux groupes désœuvrés qui se forment dans les quartiers et villages venant nourrir les lits des criminels, des acteurs et actrices de l'insécurité. La société a l'obligation de faire des jeunes des citoyens responsables. Si ceux qui sont au pouvoir ont la responsabilité première, ceux qui aspirent doivent aussi s'engager tout comme les médias et les acteurs de la société civile.

Le drame de Njindoun (Foumbot), suite aux autres connus dans bien d'autres localités de notre pays, créé ainsi un impératif pour la responsabilisation de tout le monde à différents niveaux dans toute notre société pour sortir de la situation où la justice populaire tend à être acceptée et à s'imposer comme un droit commun. De par la répétition et la cruauté sans cesse grandissante, il ne s'agit pas des faits passagers mais du reflet d'un mal profond que connaît notre société. Aussi est-il question des actions continues, pour prévenir à travers l'éducation, la culture du dialogue partout, pour tout le monde ; ainsi va s'affirmer petit à petit et profondément l'idée du droit, le respect du droit intangible qu'est la vie. Il en résultera que La justice ne pourra que s'épanouir dans toute sa plénitude rendant confiantes, rassurant les populations.

Tout cela doit s'accompagner de l'encadrement des jeunes à travers de activités saines, culturelles, artistiques, sportives, de créativité... de leur formation, de la création des emplois pour les écarter du désœuvrement, du chômage, des errances, de la drogue... de tout ce qui fait d'eux des acteurs de la violence, des mercenaires que recrutent ceux qui cherchent à régler leurs problèmes par la violence. Les jeunes doivent grandir en citoyens responsables pleinement conscients de leur rôle dans la pérennité et le progrès de la société pour le bien et le bonheur de tout le monde.

Dans le programme à mettre sur pied et à exécuter par tout groupe organisé dont l'exemple doit partir de l'Etat :

Ø La famille doit plus que jamais être sollicitée, préparée pour l'éducation première et continue,

Ø L'école depuis la maternelle jusqu'à l'université et puis l'école de la vie engagées pleinement,

Ø Les valeurs humaines, la dignité humaine, l'éthique doivent constituer les bases de l'éducation continue pour devenir les dynamiques et les éclairages de la vie et des activités aussi bien des individus que des Institutions tant publiques que privées.

Ø Dans nos contes, nos récits et les légendes véhiculant les normes, les principes, les pratiques acceptées et reconnues de vie en partage, dans les Livres révélés que sont la Bible et le Coran nous pouvons puiser des éléments riches et forts pour asseoir les traditions éthiques fortes, vivantes.

Cette dernière dimension nous amène à relever ce qui ressort de la pensée du grand philosophe, Aristote, à savoir que la juste moyenne n'admet ni excès ni défaut et que pour s'accorder avec la raison, la vertu consiste à rechercher le juste milieu et que, de même, en politique, le but de la Cité est d'assurer le bonheur et la vertu des citoyens par la domination des lois.

Parlant des lois, cela suppose qu'elles répondent aux préoccupations des populations, soient bien prises, connues, bien respectées dans l'application par tout le monde à commencer par ceux et celles investis, pour ce faire, par la Constitution et les lois de la République ; et, cela, à tous les niveaux depuis celui de l'Etat Central jusqu'au niveau du pouvoir local, de l'Etat décentralisé. Les drames répétés invitent à une profonde prise de conscience et à des actions soutenues des uns et des autres.

L'élimination des drames comme celui de Njindoun (Foumbot) voire, tout au moins leur limitation, est à ce prix, à la grande priorité que donneront à cela en s'y penchant, sans délais, en urgence, par des actes concrets suivis, tous les responsables dans la société, tous les acteurs politiques.

Cameroun

NBA - Le Camerounais Luc Mbah a Moute blessé à une épaule

Très utile pour Mike D'Antoni, notamment sur le plan défensif, Luc Mbah a Moute a fait très peur… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.