28 Septembre 2017

Burkina Faso: Périphéries de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso dans la lumière

Le ministère de l'Energie a lancé, hier jeudi 28 septembre 2017, dans la capitale le Projet d'électrification des zones péri-urbaines (PEPU) de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso en présence du président du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), le docteur Akinwumi .A. Adesina.

En principe, l'obscurité cédera la place à la lumière dans plusieurs quartiers périphériques lotis mais non électrifiés des douze arrondissements de Ouagadougou, dans la commune rurale de Saaba et au secteur n°30 de Bobo-Dioulasso, au plus tard en 2020. Et pour cause, le Projet d'électrification des zones péri-urbaines (PEPU) lancé, hier jeudi 28 septembre 2017, à Bonheur-ville située à la périphérie Sud-Ouest de la capitale burkinabè devra permettre de raccorder environ 18 000 ménages de ces zones au réseau de la Société nationale burkinabé d'électricité (SONABEL).

Concrètement, il s'agira selon le coordonnateur du PEPU, Larba Kéré, de construire des lignes, d'installer des postes de transformation pour alimenter l'ensemble de ces quartiers et soulager la population.

A ses dires, la première phase du projet qui consiste à sélectionner les entreprises est quasi achevée. «La deuxième étape sera la commande du matériel qui n'est pas produit localement. Le transport prend environ neuf mois. Après quoi, des équipes seront sur le terrain pour implanter les postes, tirer les lignes et faire les branchements dans les ménages», a-t-il détaillé. Outre ces objectifs assignés, le ministre de l'Energie, le professeur Alfa Omar Dissa, a souligné que le PEPU vise à renforcer les capacités opérationnelles de la nationale d'électricité par l'acquisition de moyens logistiques, d'équipements d'exploitation, de logiciels de calculs électriques et la formation des agents d'exploitation et du personnel chargé des études.

A l'écouter, il est également prévu un certain nombre d'études qui devraient permettre de proposer d'une part, des solutions techniques appropriées pour une meilleure structuration du réseau électrique de Bobo-Dioulasso et d'autre part, fournir un outil moderne des réseaux tant à Ouagadougou que dans la capitale économique.

Ce, afin d'assurer une souplesse d'exploitation et améliorer la qualité du service à la clientèle.

Respecter les délais de mise en œuvre

Toutes ces activités prévues coûteront 31 milliards 422 millions de F CFA dont 22 milliards 660 millions déboursés par la Banque africaine de développement (BAD), 4 milliards 22 millions par l'Etat et 4 milliards 740 millions par la SONABEL. En attendant la matérialisation des objectifs en action, les bénéficiaires ont marqué leur adhésion au projet à travers une grande mobilisation.

Leur représentant, Aloïse Silga, a relevé que ça fait quinze ans qu'ils attendent le bonheur d'avoir l'électricité. «Nous demandons maintenant aux autorités d'accélérer le processus pour nous soulager rapidement et booster le développement dans nos arrondissements», a-t-il sollicité. Son appel a été entendu car le président du groupe de la BAD, le docteur Akinwuni. A. Adesina, a promis qu'il «bousculera» les autorités afin qu'elles aillent vite et bien dans la mise en œuvre du PEPU. Pour lui, aucune économie ne saurait aller de l'avant sans énergie or le taux d'accès moyen à l'électricité au Burkina Faso est de 19%.

«Il y a aussi une inégalité qui se traduit par 60% en milieu urbain et 3,1% en milieu rural. Comme la priorité de la BAD est d'éclairer l'Afrique et de l'alimenter en énergie, nous avons décidé de soutenir le gouvernement dans le domaine de l'énergie pour augmenter ces faibles taux et résorber les disparités. C'est pourquoi nous finançons le PEPU», a-t-il justifié. Néanmoins, il a conseillé au gouvernement d'explorer la piste des énergies renouvelables notamment le solaire pour que «la lumière soit» et que les Burkinabè voient leur qualité de vie améliorée.

Le ministre d'Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, représentant le Premier ministre a, pour sa part, recommandé aux acteurs de mise en œuvre du PEPU d'accélérer le processus de mise en œuvre car, a-t-il insisté, aucune excuse ne saurait être donnée en cas de retards au regard des lois votées par l'Assemblée nationale afin d'alléger les procédures de passation de marchés publics.

Burkina Faso

Bobo-Dioulasso - Alassane Bala Sakandé emprunte les transports en commun pour «vivre les réalités des citoyens»

A sa manière, Balla Sakandé est en train de marquer son passage à la tête de… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.