30 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: Que deviennent les migrants expulsés d'Algérie vers le Niger?

En Algérie, des dizaines de personnes ont été arrêtées puis expulsées la semaine dernière. Les autorités n'ont pas donné de précisions. On sait qu'elles sont acheminées, en bus, vers Tamanrasset, dans l'extrême sud du pays, avant leur expulsion. Certains arrivent à 900 km de là, à Agadez, au Niger où leur arrivée suscite l'inquiétude de la société civile.

Il s'agit de plusieurs dizaines de migrants de l'Afrique de l'ouest et du centre qui ont été arrêtés, par les autorités algériennes, sur leur lieu de vie ou encore sur leur lieu de travail. L'Organisation mondiale pour les migrations (OIM) encadre le déplacement de ces personnes, en situation irrégulière, et qui devraient se rendre à Agadez par la route.

A leur arrivée, les agents de l'OIM les séparent en deux groupes avec, les Nigériens d'un côté et les étrangers de l'autre. Ces derniers sont ensuite acheminés dans leur pays d'origine à savoir, le Ghana, le Mali, le Nigeria ou encore la Gambie.

Cependant, à Agadez, ces arrivées inquiètent les acteurs de la société civile à cause, tout d'abord, de l'ampleur du phénomène. Un responsable local estime à 200, le nombre de personnes qui doivent ainsi être accueillies ces jours-ci.

« Il n'y a pas de centres pour les loger », alerte cette source qui rappelle que « 700 personnes » refoulées le mois dernier, sont toujours « en attente » à Agadez.

Mains vides

Par ailleurs, ces personnes sont démunies, arrivent les mains vides et, faute de suivi, bon nombre tentent de nouveau ce voyage périlleux.

Amadou Oumarou, secrétaire général de l'Association d'appui aux refoulés, dénonce le manque de suivi de la part des politiques publiques.

« Les besoins sont énormes, dit-il. Il faut absolument trouver une alternative à tous ceux qui ont été refoulés et qui restent pendant un mois, deux mois, sans aucune activité. Certains, bien que refoulés, finissent par repartir d'où ils sont venus. La ville est devenue une rotation », explique-t-il.

La présence des migrants crée aussi de nouveaux besoins et déstabilise le quotidien de cette grande ville.

Afrique de l'Ouest

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.