30 Septembre 2017

Madagascar: Energies alternatives et domestiques - Vers un développement du charbon vert

Dans les dix prochaines années à venir, Madagascar ne peut pas encore se passer du charbon et du bois de chauffe servant d'énergie domestique, et ce, malgré l'existence des autres énergies alternatives.

En effet, « près de 97% des ménages les utilisent. C'est pourquoi, nous promouvons la technique améliorée de carbonisation au niveau des producteurs de charbon afin d'obtenir un taux de rendement de l'ordre de 25% contre moins de 10% avec la méthode traditionnelle », a évoqué Augustin Randrianarivony, le directeur des Energies Alternatives au sein du ministère de l'Eau et de l'Energie lors d'un atelier sur les énergies alternatives et domestiques organisé au BUCAS à Antanimena. Dans la foulée, « Le charbon vert sera développé. Tout le monde peut en produire. Il suffit de transformer des déchets organiques bien triés et de les mélanger avec une composante pour obtenir du charbon vert. Les fines de charbon qui représentent près de 2% de la production doivent être également récupérées pour fabriquer ce charbon vert, car cela peut atteindre des tonnes surtout dans les régions », a-t-il poursuivi.

Spéculation. Notons que le ministère en charge de l'Energie effectue en ce moment une étude de faisabilité sur le triage des matières organiques dans les déchets de la Capitale et ce, en partenariat avec le SAMVA. « L'objectif étant de transformer ces matières organiques afin de produire de l'énergie électrique pouvant atteindre une puissance de 10 Mégawatts », a-t-il enchaîné.

Par ailleurs, le foyer à éthanol est promu dans le cadre de cet événement. Trois entreprises produisent actuellement de l'éthanol, à savoir « Madagascar Energy Compagny », « Obio Hamy » et le centre luthérien de Vakinankaratra. Certains ménages dans la Capitale en utilisent déjà. Et en revenant sur la filière charbon, le ministère de tutelle sensibilise tous les acteurs concernés en amont jusqu'en aval pour mieux valoriser ce combustible tout en évitant la spéculation durant les périodes de pluies. « Les producteurs ne doivent pas toucher les forêts naturelles, mais exploiter les espèces d'arbres à croissance rapide pour avoir du charbon. Et tout cela, dans le dessein de mieux préserver l'environnement », a conclu Augustin Randrianarivony.

Madagascar

Affaire Ikongo - « Une double infraction », selon le SMM

Semblant de retour au calme à Ikongo. Hier, les membres du Syndicat des agents pénitentiaires ont… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.