2 Octobre 2017

Nigeria: Un géant, mais malade !

Photo: Le Pays
Le président nigérian Buhari

A 57 ans d'indépendance, le Nigeria n'a pas fini de tourner le dos au démon de la division. Le pays de Muhammadu Buhari a commémoré ce 1er octobre le 57è anniversaire de son indépendance sur fond de division.

Il n'y a plus que la chute du prix du pétrole qui menace l'unité du Nigeria. Encore moins le terrorisme. Le pays le plus peuplé de l'Afrique souffre de la diversité de sa population.

Ce qui devrait être une source de richesse est donc devenue un handicap pour la stabilité du pays. Dimanche, lors de la commémoration de l'anniversaire d'indépendance, c'est le sujet qui était au centre du débat.

Depuis 1967, jamais le Nigeria n'a été aussi menacé de sécessionnisme. Dimanche, en s'adressant à ses concitoyens, le président Buhari disait : « ceux qui s'agitent pour une lutte sécessionniste n'étaient pas nés en 1967 et n'ont aucune idée des conséquences horribles de la guerre civile... »

Et le président d'ajouter sa déception de voir les chefs communautaires incapables de raisonner ces courants d'idée.

La division : l'héritage coloniale dont souffre aussi le Nigéria

« Diviser pour mieux régner !» Cette pratique jadis utiliser par les colons en Afrique continue d'être perpétrer dans plusieurs pays du continent.

Le Nigeria, comme le Cameroun traversent une grave crise de division. Que ce soit au Cameroun ou encore au Nigeria, ce sont les mêmes maux. La mal gouvernance et la corruption qui renforcent le sentiment d'abandon des populations.

Des lors, les velléités de sécessionnismes avec un spectre de guerre civile. Au Nigeria, Muhammadu Buhari prévient : « nous ne pouvons pas accepter et n'autoriseront pas cela », a déclaré le président.

Géant par son poids économique, le Nigéria doit désormais se battre contre les démons de la division afin de sauvegarder son unité. Une unité déjà bien menacée par Boko Haram.

Le Nigéria, malade aussi de ses dirigeants

Le Nigéria est aussi malade de ses hommes politiques. D'abord son président. Muhammadu Buhar est un grand « corps malade ».

Souvent absent du pays pour raison de santé, Muhammadu Buhari s'accroche tant bien que mal au risque de laisser le pays aux mains de ses lieutenants. Et pourtant son chantier est vaste. La corruption, le terrorisme, l'Etat de droit... autant de chantiers qui fragilise le géant du continent.

Au Nigéria, les administrations sont dans le peloton de tête de la corruption. L'administration de Buhari a déjà fait rapatrier des milliards d'euros détournés par des ministres et hauts gradés de l'armée.

C'est le cas par exemple de l'ex-conseiller national à la sécurité de l'ancien président Goodluck Jonathan, le colonel Sambo Dasuki.

Avec lui, 2,1 milliards de dollars destinés à l'achat d'armes pour lutter contre Boko Haram se sont envolés. Autant de maux qui rendent malade le géant africain, le Nigéria.

En savoir plus

Indépendance du pays - Le président plaide en faveur de l'unité nationale

Le Nigeria fête, ce dimanche 1er octobre, le 57e anniversaire de son indépendance, l'occasion pour le… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.