3 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Crash d'un avion Antonov-12 à N'Sele - Controverse autour du nombre de victimes

Cet aéronef de la Force aérienne congolaise aurait aussi transporté des civils clandestins en dehors des membres de l'équipage.

Le samedi 30 septembre 2017, un avion Antonov-12 a fait un crash à Kinshasa. A propos de cet accident, le vice-Premier ministre en charge de Transport et Voies de communication, José Makila Sumanda, a fait savoir dans un communiqué qu'un avion cargo de la Force aérienne, avec douze membres d'équipage, parti de l'aéroport international de N'Djili à 7h22' pour un vol de routine, à destination de Bukavu, a perdu contact avec la tour de contrôle de N'Djili cinq minutes après le décollage et a craché dans un endroit inhabité de la commune de la N'Sele, aucun survivant. Selon le vice-Premier ministre José Makila, les investigations sont en cours pour déterminer les causes probables de l'accident.

Mais de son côté, Radio Okapi note que le commandant de cet aéroport, Georges Tabora, donne le bilan de onze morts, dont six expatriés et cinq Congolais. Il rapporte que l'appareil qui se rendait à Bukavu aurait connu une panne technique après son décollage et a perdu le contact avec la tour de contrôle.

Le drame s'est précisément produit dans le parc animalier de la N'Sele, dans un lieu marécageux, non loin du fleuve Congo. Des sources militaires renseignent que l'Antonov 12 transportait des munitions, bombes et d'autres effets militaires, en partance vers Bukavu.

Quelques habitants, voisins du parc animalier, racontent comment l'avion s'est écrasé : « Quand le pilote a senti le danger, il a basculé l'avion vers le bas. Avec la charge à l'intérieur, l'avion a piqué vers le sol. Il est entré dans le sol marécageux. C'est le feu qui a provoqué la détonation des bombes que nous avons entendues ».

Plusieurs officiers supérieurs de l'armée ont fait mouvement vers le lieu d'accident. Un ordre a été donné pour interdire tout accès dans le périmètre où l'avion a échoué. Selon un général de l'armée, les bombes et munitions à abord de l'avion continuaient à exploser ce jour-là.

Un appareil en mauvais état

Il était aussi difficile pour les véhicules anti-incendie d'accéder au lieu du crash à cause des marécages. Les habitants du parc ont confirmé avoir vu quelques morceaux de corps des victimes que les membres de la Croix-Rouge ont dû ramasser.

Pour sa part, RFI a fait savoir que l'ensemble des membres de l'équipage a été tué, soit 12 personnes selon le ministère de la Défense. Un bilan qui pourrait être plus élevé selon plusieurs sources jointes par RFI qui évoquent la présence des civils dans l'appareil.

Une épaisse fumée noire visible à des kilomètres a pollué le ciel de Kinshasa jusqu'en milieu d'après-midi de samedi. Interdiction d'approcher la zone de l'accident, à 20 km au Nord-ouest de la capitale, qui a rapidement été bouclée par la Garde républicaine. Inaccessible même aux journalistes. Seule la presse militaire a été admise.

Seuls les énormes débris en feu de l'Antonov-12 étaient visibles au milieu de hautes herbes des champs de N'Sele. Aucun passager n'a survécu à l'accident. Les membres de l'équipage mais aussi des passagers clandestins, des civils membres des familles des militaires qui auraient voulu profiter du trajet à destination de Bukavu dans l'Est du pays. Chargé de deux véhicules, mais aussi de plusieurs tonnes de munitions et d'explosifs, le transporteur de l'armée congolaise s'est écrasé quelques minutes à peine après avoir décollé.

L'armée s'est refusée à fournir une explication de l'accident, mais selon un officier de l'armée joint par RFI, l'appareil n'était pas en bon état. Et il aurait pris feu en l'air juste après le décollage.

La cargaison était, selon plusieurs sources, destinée aux troupes de l'armée congolaise stationnées à Uvira dans le Sud-Kivu. Depuis plusieurs jours, les forces régulières y sont engagées dans des combats contre une coalition de groupes armés qui dit vouloir en découdre avec le régime de Kinshasa.

Congo-Kinshasa

Décrispation politique - Kinshasa dans le viseur de l'UE

Lundi dernier, le Conseil européen s'est penché sur le dossier de la République démocratique… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.