2 Octobre 2017

Ile Maurice: Mesure budgétaire - Derrière la Negative Income Tax

Pravind Jugnauth a pris tout le monde de court. Alors que la population s'attendait à ce que le Premier ministre sanctionne ou rappelle à l'ordre des ministres et députés après de récents dérapages, il a pris la décision d'introduire le premier paiement de l'impôt inversé (Negative Income Tax) le mois prochain.

Décision prise durant le Conseil des ministres vendredi. Bien qu'au ministère des Finances, on avance que c'était programmé, dans les milieux politiques, on laisse entendre qu'il s'agirait d'une mesure populaire pour dévier les regards des récents scandales, dont l'affaire des sextos impliquant le Parliamentary Private Secretary Kalyan Tarolah...

Selon le Premier ministre (PM), cette mesure budgétaire devrait coûter Rs 975 milliards à l'État. Lors de son grand oral, Pravind Jugnauth avait annoncé qu'elle prendrait effet le 1er janvier 2018 et que le premier paiement serait effectué en août de la même année, soit prenant en considération les six premiers mois de l'année. Or, le premier paiement a été avancé de neuf mois.

Pourquoi ? Au ministère des Finances, on remarque qu'au lieu de deux fois l'an, désormais, les employés seront payés quatre fois par an- née. «Le PM avait annoncé que l'impôt inversé pendrait effet en janvier 2018 mais il a dit dans son summing-up lors du vote du Finance Bill qu'on introduira ce projet dès que possible», indique-t-on. Et d'ajouter qu'il y avait des procédures à compléter au préalable.

«Étant donné que c'est un concept nouveau, il a fallu créer un formulaire de demande, mettre sur pied un système informatique et attendre les Tax Returns. Il a fallu tout organiser avec la Mauritius Revenue Authority», souligne-t-on au ministère des Finances.

Du côté de la Mauritius Revenue Authority (MRA), on affirme que l'avancement du paiement de neuf mois a représenté un travail énorme. «La MRA a commencé à travailler dessus depuis juillet. Il a été demandé aux employeurs de soumettre une fiche complète de leurs employés. Une circulaire a été émise à ce sujet», déclare-t-on.

Cependant, dans les milieux politiques, c'est un tout autre son de cloche. Interrogé, un membre du Mouvement socialiste militant, soutient que le PM souhaiterait «apaiser» le mécontentement parmi la population. «Il ne faut pas se voiler la face. Certains membres de la majorité donnent une mauvaise image. L'entrée en vigueur de la Negative Income Tax donnera un boost au gouvernement», commente-t-il.

D'ailleurs, le leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, a poussé l'analyse plus loin lors de son point de presse samedi, en estimant la date des élections générales à mai ou juin prochain.

Pour Ajay Gunness, secrétaire général du Mouvement militant mauricien, «le Premier ministre veut surtout sauver la face en venant de l'avant avec la Negative Income Tax». Osman Mahomed, du Parti travailliste, explique qu'«une telle mesure doit être préparée avec tout le sérieux mais à force de scandales, il existe des risques qu'une politique d'équité ne soit pas appliquée au niveau de plusieurs familles.»

Soutien de l'état

La Negative Income Tax est une contribution de l'État aux familles dans le besoin. Elle concerne les employés à plein-temps, travaillant au moins cinq jours et qui sont en règle avec le National Pension Fund et le National Savings Fund. Sont également concernés : les individus et les familles dont les revenus ne dépassent pas Rs 9 900 et Rs 30 000 par mois respectivement.

Ile Maurice

Hausse des prix du loyer - 5 000 commerçants risquent de mettre la clef sous le paillasson

Un véritable drame humain se prépare avec l'éventuelle hausse des prix du loyer. C'est en tout cas… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.