26 Septembre 2017

Madagascar: Soavimasoandro - Décès suspect de peste pulmonaire d'une fillette

Photo: Midi Madagasikara
Par crainte d'être contaminés, nombre d'élèves ont porté des masques, dans la rue et à l'école.

Antananarivo-ville enregistre son deuxième décès suspect de peste pulmonaire. Des réunions d'urgence se sont tenues à Ambohidahy, hier.

L'épidémie de suspicion de peste secoue la capitale. Une énième victime a été répertoriée depuis l'apparition de la maladie à Antananarivo, le 11 septembre. Dimanche, c'est une fillette de 6 ans, habitant à Soavimasoandro, qui a brusquement perdu la vie après avoir été malade, la veille, selon le rapport du ministère de la Santé publique.

« Son prélèvement, analysé sur un test de diagnostic rapide, a indiqué qu'elle est porteur de la bactérie de peste pulmonaire. Nous attendons les résultats d'analyse de l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM), avant de pouvoir le confirmer », souligne une source auprès du ministère, hier.

La fillette et sa famille rentraient d'un voyage à Fianarantsoa, où elles auraient assisté à un retournement des morts. Les premières hypothèses de contamination se focalisent sur cet événement. « Souvent, des pesteux sont enterrés dans leur tombeau familial, s'ils devraient être mis dans une fosse commune pour éviter la propagation de la maladie. Si un tel cas se présente, l'ouverture du tombeau est banni pendant sept ans », rajoute la source.

Il ne faut pas oublier, toutefois, qu'un cas suspect de peste pulmonaire a été déjà répertorié dans ce même quartier, le 15 septembre, et pas plus tard que la semaine dernière, un autre cas suspect dans le même arrondissement, plus précisément à Manjakaray, a été admis au centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra (CHAPA) pour traitement.

Risque de contamination

La prise en charge de cette fillette a tardé. Sa famille l'a d'abord emmenée chez un médecin libre. Ce dernier l'a envoyée dans un hôpital pour enfants. Soupçonnant la peste pulmonaire, les responsables de ce dernier l'a transférée au CHAPA.

Si ce cas est confirmé, toutes les personnes en contact avec elle, sa famille, les passagers du taxi-brousse à bord duquel elle a voyagé pour rejoindre Antananarivo, les médecins qui l'ont traitée, risquent tous d'attraper à leur tour, la maladie. Le ministère de la Santé publique a déjà lancé la recherche active de toutes ces personnes, pour une « chimioprophylaxie de contact ».

En outre, des réunions d'urgence entre le ministère et les partenaires techniques et financiers, d'une part, et le ministère et les autorités des chefs de district des arrondissements de la ville d'Antananarivo d'autre part, se sont tenues à Ambohidahy, hier.

« L'objectif est de renforcer la lutte contre la maladie, notamment, la sensibilisation sur l'assainissement de la ville très insalubre, ce qui peut favoriser la propagation de la maladie », indique une source. Les campagnes de désinfection, de dératisation et de désinsectisation se poursuivent en ville.

En savoir plus

Roland Ratsiraka relativise l'épidémie

La déclaration du ministre du Tourisme est à l'antipode de la panique générale sur… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.