3 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Passeports semi-biométriques - Léonard She Okitundu « glisse » de trois mois

Deux semaines après sa publication, le communiqué des Affaires étrangères signé par le vice-ministre en date du 15 septembre 2017, a suscité un débat houleux hier lundi à l'Assemblée nationale. C'était à la faveur de la question orale avec débat du député Juvénal Munubo Mubi, adressée au chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu.

L'auteur de la question voulait connaître la motivation profonde et la raison du communiqué du gouvernement rendant caducs tous les passeports semi-biométrique à partir du 16 octobre 2017.

Pourquoi le gouvernement n'avait-il pas lancé une fois pour toutes les passeports biométriques en 2009, année où les semi-biométriques ont été lancés ? Enfin, Juvénal Munubo Mubi voulait savoir l'usage qu'on fait des recettes issues de la vente des passeports.

Comme le veut les us et coutumes parlementaires, une fois l'auteur a fini de poser sa question, le vice-premier ministre ministre des Affaires étrangères a pris la parole pour d'éclairer la lanterne de la Représentation nationale.

Il a commencé par faire une mise au point au sujet du communiqué par son vice, lequel est à la base des remous qu'on enregistre sa publication, avant d'expliquer les raisons qui ont poussé gouvernement à prendre une telle décision.

Selon lui, le communiqué n'annule pas les passeports en circulation.

Il est seulement dicté par la nécessité sécuritaire et le souci la RDC de se conformer aux normes internationales édictées l'Organisation Internationale de l'Aviation Civile (OACI).

Avant d'évoquer d'autres raisons militant en faveur de la gouvernementale, parmi lesquelles i l'actuel semi-biométrique fait l'objet de trafic maffieux par des personnes n'ont pas qualité et se trouve aussi entre les mains des non qui se livrent à des pratiques prohibées. Il a renseigné, à ce sujet,

que des vendeurs de drogue ont été arrêtés dernièrement en Chili et Colombie avec des passeports congolais. En plus, la RDC étant de l'Onu et de l'OACI, a l'obligation de se conformer aux normes exigences venant de ces organisations. A l'entendre parler, l'OACI fait la recommandation à tous les Etats membres d'avoir des de voyage qui offrent le plus de lisibilité possible.

Concernant les recettes générées par la vente des passeports, il assuré qu'il n'y a aucun problème pour leur traçabilité. dit, les recettes sont gérées comme il se doit.

En conclusion, Léonard She Okitundu soutient que l'obligation de procurer un nouveau passeport (biométrique) reste maintenue, moyennant certains assouplissements, il y a :

- Le détenteur d'un passeport semi-biométrique dont la validité jusqu'en 2019 et 2020, ne versera qu'un forfait de 100 américains, au lieu 185$ le prix officiel ;

- Le délai d'expiration qui était initialement fixé au 16 octobre est prorogé jusqu'au 14 janvier 2018.

Bref, le ministre des Affaires Etrangères a abandonné la ligne qu'il affichait jusque-là au profit d'un «glissade» de trois mois.

Mais, cette reculade était loin de satisfaire les élus du peuple, une fois unis comme un seul homme pour la défense des intérêts de collectivité.

Les députés pas d'accord avec le Vice- Dans le débat ouvert après l'intervention du Vice-premier She Okitundu, la majorité des députés qui ont pris la parole, tendances confondues, ont rejeté en bloc les raisons avancées par chef de la diplomatie congolaise.

Un simple communiqué, de surcroît signé par un vice-ministre, ne pas annuler une décision légale du gouvernement. En plus, n'indique que le fameux communiqué à la base de la controverse du gouvernement. Car, ce dernier n'a délibéré sur la question qu' cours de sa réunion du vendredi passé alors que le communiqué par le vice-ministre date du 15 septembre 2017.

LOACI n'a jamais exigé des Etats membres l'impression du biométrique comme le prétend le vice-premier ministre, ont d'autres intervenants, qui soutenaient avoir parcouru les communiqués de cette organisation internationale. A croire intervenants, l'OACI n'exige que la lisibilité du document de voyage.

En plus, comment expliquer que des pays développés à l'instar de France, continuent à utiliser le passeport semi-biométrique. Ont- enchaîné, en rejetant les affirmations du vice-premier ministre.

« Il n'y a pas de décision. Nous débattons dans le vide. Car, gouvernement n'agit jamais par communiqués, mais plutôt par d'ordonnances et arrêtés », a rappelé le député Mayo Mumbeke. d'ajouter : « le peuple ne doit pas payer les erreurs l'Administration ». Et de conclure : « il n'y a pas de décision. choses restent en l'état. On est dans le vide ». L'article 93 explique cette disposition de la Constitution, a été rappelé Fabien Mutomb pour appuyer ce qui était déjà dénoncé par ceux l'ont précédé à la tribune.

D'autres intervenants ont seulement invité le gouvernement à chaque passeport courir normalement jusqu'à son expiration.

Pour sa part, Henri Thomas Lokondo a fustigé le fait que les du gouvernement qui s'expriment toujours au nom du chef de l'Etat, du mal à l'informer correctement. Ils ne lui disent pas la vérité.

Puis, il a invité le vice-premier ministre à aller sur la toile se rendre compte des réactions, toutes négatives, provoquées par fameux communiqué depuis sa publication. «Il n'y en a pas une qui soutient la mesure», a-t-il déclaré en guise de défi lancé au de la diplomatie congolaise.

Pour Zacharie Bababasue, le gouvernement est obligé de retirer communiqué laconique et mal rédigé qui viole la Constitution et lois de la République.

Bref, la quasi-totalité des intervenants ont exigé le retrait pur simple du communiqué du gouvernement rendant caducs les semi-biométriques en cours de validité.

Invité à réagir aux préoccupations lui adressées par les députés, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères a et obtenu un délai de 48 heures pour bien préparer sa réplique.

Congo-Kinshasa

Course législative pour le vote de la loi électorale

C'est, ce vendredi, la fin de la session parlementaire en RDC, mais il reste encore quelques dossiers sensibles à… Plus »

Copyright © 2017 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.