3 Octobre 2017

Ile Maurice: SBM - Sonoo déjà à la retraite lorsqu'il a été suspendu

Jairaj Sonoo dispose d'un solide argument pour sa défense. Au moment où un avis de suspension a été servi à son encontre, l'ex-patron de la State Bank of Mauritius (SBM) était légalement déjà à la retraite. Il s'agit du même jour. Toutefois, la banque estimerait que sa responsabilité administrative est engagée dans l'affaire d'achat de terrains à Ébène.

Jairaj Sonoo s'interroge sur son interdiction par la direction de cette banque. Pour preuve : il ne fait plus partie de l'équipe de direction depuis le mois d'août, ayant fait valoir ses droits à la retraite. «Comment peut-on suspendre quelqu'un qui ne travaille plus dans cet établissement bancaire ?» indique une source proche de l'ex-Chief Executive Officer (CEO).

Nos recoupements indiquent que l'annonce du départ à la retraite de l'ex-CEO de SBM Mauritius Ltd serait intervenue le jour même où un avis de suspension a été déposé à son encontre. Ce qui signifie que, légalement, l'ex-CEO était déjà à la retraite au moment où il a été suspendu...

Cette affaire porte sur l'acquisition de deux portions de terrain d'une superficie de 12 arpents dans la région d'Ébène, appartenant à deux propriétaires, le premier un ex-conseiller de l'ex-Premier ministre et l'autre gérant d'un restaurant à Flic-en-Flac. Le deal finalisé le 6 août 2014 porterait sur un montant de Rs 179 millions. Outre Jairaj Sonoo, deux autres cadres ont pris une part active dans la conclusion de cette transaction foncière, nommément Chandradev Appadoo, le Chief Finance Officer, et Kumar Dursun, le Head of Maintenance and Infrastructure.

Selon nos informations, il y a eu au moins trois évaluations commandées par la SBM Mauritius Ltd, dont celle sur laquelle le deal a été finalement scellé. La raison est qu'un acheteur et un vendeur potentiels se sont manifestés à un prix tournant autour de Rs 10 millions par arpent. Soit un total de Rs 120 millions, excluant une prime et les frais d'enregistrement.

Pourquoi la proposition de Rs 6 millions l'arpent n'a-t-elle pas été privilégiée ? À cette question, notre source indique que sur la base du montant auquel le premier exercice d'évaluation a été réalisé, aucun de ces deux propriétaires n'était intéressé à finaliser le deal. Elle ajoute que quelques mois après, des contrats de vente supérieurs à Rs 15 millions l'arpent ont été réalisés.

Ces deux terrains sont situés à l'arrière du Trianon Convention Centre (Ébène M3) et devaient être utilisés pour la construction d'un SBM Village. D'ailleurs, à quelques kilomètres de cette région, près du bâtiment intelligent de la MCB à St Jean, le deuxième groupe bancaire du pays en termes de parts de marché avait acquis, en 2013, un autre terrain. D'une superficie de deux arpents, ce terrain acheté auprès d'un homme d'affaires qui a fait ses preuves dans le secteur de l'immobilier devait être utilisé pour la construction d'un Iconic Building.

La SBM projetait de relier les deux immeubles en y aménageant une passerelle. Toutefois, suivant le changement de gouvernement en décembre 2014 et la constitution d'un nouveau conseil d'administration au niveau de la SBM, ces deux projets ont été gelés.

Ile Maurice

Rentrée parlementaire - Le gouvernement serein, l'opposition prête à dénoncer les scandales

Alors que la speaker rentrera au pays aujourd'hui, les parlementaires se disent prêts pour la rentrée… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.