2 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Crimes internationaux et Accès à l'information - Marie - Ange Mushobekwa confère avec une délégation d'OSISA et de la Commission africaine

Rentrée fraichement de New York en passant par Genève, Marie-Ange Mushobekwa a reçu, lundi 2 octobre, différentes délégations venues de l'extérieur et de l'intérieur du pays.

A tout Seigneur, tout honneur, dit-on. La Ministre congolaise des Droits Humains a conféré, d'abord, avec la Présidente de la Commission Africaine des Droits de l'Homme, des Peuples et Rapporteur Spécial sur la liberté d'expression et l'accès à l'information.

Au sortir de l'audience, Mme Pensy TLAKULA a signifié que sa visite s'inscrit dans le cadre du soutien à l'adoption de la loi sur l'accès à l'information en République démocratique du Congo. Une loi adoptée au Sénat, mais qui traîne encore au niveau de l'Assemblée nationale.

Par rapport à cette question, l'émissaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme estime que la nomination d'un officier à l'information et la diffusion proactive de l'accès à l'information sont des éléments très positifs pour l'efficacité de cette loi moderne et essentielle.

En outre, elle a profité de cette visite pour annoncer à la Ministre des Droits Humains que la Commission des Droits de l'Homme de l'Union africaine célébrera ses 30 ans d'existence le 1er novembre 2017, à Banjul en Gambie. En effet, Pensy TLAKULA a invité la RDC à prendre part, à ces festivités solennelles marquant la célébration de la plus vieille Commission africaine.

Juste après cette audience avec la délégation de l'UA, Marie-Ange Mushobekwa a pris langue avec une autre délégation des membres d'Open Society Initiative For Southern Africa, «OSISA».

OSISA pour la promotion des Droits humains

Conduite par son Directeur-pays, en la personne de Nick Elebe ma Elebe, cette délégation est venue spécialement présenter au gouvernement à travers le Ministère des Droits Humains, une étude sur la jurisprudence congolaise en matière des crimes internationaux. Très rationnels, les échanges entre Marie-Ange Mushobekwa et ses visiteurs, ont permis de réfléchir sur les perspectives et de voir comment cette étude peut profiter à la RDC ainsi que les différents acteurs impliqués dans la justice congolaise en ce qui concerne la promotion des Droits Humains. "Nous sommes très satisfaits de l'accueil par Mme la Ministre qui a promis une collaboration dans ce sens et surtout l'accompagnement du gouvernement vu la pertinence de l'étude menée à notre niveau pour la préservation de droits humains", a déclaré Nick ELEBE ma ELEBE, Directeur Pays/OSISA.

Très chargée, la journée pour Marie-Ange Mushobekwa s'est clôturée par la visite d'une délégation de la Dynamique de Groupes pour la Défense de Peuples Autochtones et Pygmées, «DGPA». La question relative à la proposition de loi sur les principes fondamentaux des droits de peuples autochtones pygmées à travers la RDC. Tel a été le point essentiel de cette rencontre entre la patronne de Droits Humains et ladite dynamique qui a été conduite par l'Honorable LAPIKA DIMOMFU, Député national et Président du collectif des parlementaires sur la promotion et la défense de Peuples Autochtones et Pygmées.

Pour eux, il était nécessaire importante que Mme Mushobekwa soit informée de cette proposition de loi en discussion au Parlement afin qu'elle l'accompagne dans sa gestion et sa mise en œuvre, une fois que la loi sera adoptée et promulguée par le Chef de l'Etat.

Congo-Kinshasa

La CPI réclame 10 millions de dollars pour les victimes de Thomas Lubanga

Dix millions de dollars, c'est le montant fixé par la Cour pénale internationale (CPI) ce vendredi pour… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.