3 Octobre 2017

Burkina Faso: Brûlures d'octobre

Aujourd'hui, la «Ouaga'Attitude» des 30 et 31 octobre 2014 reste en effet un point de repère pour tout le continent africain sur lequel prospèrent encore des réfractaires au respect des normes constitutionnelles de leur pays.

Même les Togolais, hier si apathiques, osent désormais coloniser la rue pour secouer l'inébranlable cocotier du pouvoir, afin de donner une chance à l'alternance dans un pays sous la coupe réglée du clan Gnassingbé depuis 1963!

Et l'on n'oublie pas que François Hollande, alors président de la République française, avait éloquemment salué ce fait historique. «Ce qu'a fait le peuple burkinabè doit faire réfléchir ceux qui veulent se maintenir au pouvoir en violant l'ordre constitutionnel», avait notamment prévenu l'ancien de l'Etat français dans son allocution d'ouverture du 15e Sommet de la Francophonie, qui s'est tenu fin novembre 2014 à Dakar, au Sénégal.

Trois ans après ces moments formidables -- qui furent et restent aussi douloureux pour de nombreuses familles burkinabè, quels que soient par ailleurs leurs obédiences et/ou convictions politiques --, que reste-t-il de l'insurrection qui a tant enchanté le monde? En est-on véritablement sorti? Et au-delà de l'autodafé des murs et des documents de l'imposante bâtisse de l'ancien siège du Parlement, comment capitalisons-nous les valeurs qui ont porté cette volonté populaire pour le changement que nul projectile, ni aucune répression n'a pu mater?

En sacrifiant une fois de plus à l'indispensable devoir de mémoire, il serait bon, en effet, de sortir enfin de la simple célébration du discours et de la litanie des hommages pour rendre... véritablement hommage, par nos comportements quotidiens, aux martyrs et aux acteurs de tous bords qui ont rendu ce rêve possible.

D'autant que la commémoration de l'insurrection populaire aura, cette année, une symbolique particulière, quelques semaines après la disparition de Salifou Diallo, l'un de ses principaux instigateurs. Et à l'ombre du souvenir, toujours vivace, de l'assassinat, le 15 octobre 1987 -- trente ans déjà! -- de Thomas Sankara, qui continue d'inspirer la vie sociopolitique burkinabè et africaine...

Burkina Faso

19 ans après, l'espoir renaît quant à l'affaire Norbert Zongo

Cela fait dix-neuf ans que le journaliste burkinabè Norbert Zongo, directeur de L'Indépendant, a… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.