3 Octobre 2017

Swaziland: Le roi Mswati III prend une 14e épouse de 19 ans, après le festival Umhlanga

Le roi Mswati III du Swaziland a pris une nouvelle épouse. Au cours du festival annuel de la danse des roseaux (Umhlanga), le roi Mswati III a choisi Siphele Mashwama, âgée de 19 ans, comme sa 14e épouse.

Le roi Mswati III a pris une nouvelle épouse au terme du festival de la danse des roseaux de cette année. Siphele Mashwama, âgée de 19 ans, est la fille du membre du Conseil des ministres swazi Jabulile Mashwama, et devient la 14e épouse de Mswati.

Mswati (49 ans) choisit souvent une épouse pendant le festival annuel de la danse des roseaux (Umhlanga). La plupart des filles sur lesquelles il jette souvent son dévolu ont généralement un peu moins de 20 ans. Bien qu'il ait interdit le divorce dans son royaume, le roi Mswati s'est déjà séparé de trois de ses femmes.

Au cours de la danse des Roseaux, Siphelele a reçu des plumes rouges provenant de l'emagwalagwala, un oiseau associé à la famille royale. Elle est diplômée de Waterford Kamhlaba World University College et a assisté tout récemment à une Assemblée générale des Nations Unies aux côtés de son mari le roi Mswati III.

À sa mort, le père de Mswati, le roi Sobhuza II, comptait en tout 70 femmes. Le roi Mswati III lui essuie des critiques parce qu'il accumulerait des richesses tandis que nombre de ses sujets vivent dans la pauvreté. Dernièrement, le petit royaume a dépensé la somme de 2,2 millions de dollars pour l'achat de 14 voitures de luxe (des BMW 740i) et 80 motos. Ces voitures étaient destinées à l'usage des chefs d'État des pays membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe dans le cadre d'un sommet de deux jours.

Au Swaziland, des milliers de filles prennent part au festival Umhlanga qui s'étend sur 8 jours.

Cet évènement intervient au moment où le Swaziland vient de voter une loi contre ceux qui médisent du royaume. Selon cette nouvelle règle, inciter à la haine ou au mépris vis-à-vis de l'héritage culturel et traditionnel de la nation swazie est contraire à la loi. La sanction pour des infractions de cet ordre se résume soit à une amende de 765 dollars, soit à une peine d'emprisonnement de deux ans, soit les deux.

Selon Times of Swaziland, une sanction similaire est appliquée à quiconque vandalise, brûle, détruit, dégrade ou profane un insigne ou un emblème national. Ces règles sont entrées en vigueur avec la promulgation de la loi de 2017 relative à l'ordre public.

Dans ce cadre, est considéré comme emblème national tout(e) tissage, broderie, ouvrage, dessin, photo, illustration ou peinture représentant Sa Majesté, l'Indlovukati (la cheffe d'État), le drapeau national ou les armoiries du Swaziland.

Détruire tout autre objet portant une identité ou une signification culturelle ou traditionnelle spéciale s'accompagne d'une amende de 765 dollars ou d'une peine d'emprisonnement de deux ans.

À son accession à l'indépendance le 6 septembre 1968, le Swaziland a adopté une constitution semblable à celle du Westminster. Le 12 avril 1973, le roi Sobhuza II annule ladite constitution par décret et s'arroge tous les pouvoirs exécutifs, judiciaires et législatifs.

Le Swaziland génère des recettes touristiques importantes grâce aux nombreux festivals culturels qu'il organise. Cependant, le royaume est constamment confronté à des manifestations publiques contre la monarchie et pour le retour à la démocratie. Le roi Mswati III est le dernier monarque absolu en Afrique subsaharienne.

Les critiques estiment qu'il est extrêmement intolérant. Plus tôt cette année, des groupes de la société civile militant pour l'annulation d'un décret vieux de 44 ans et interdisant les partis politiques ont menacé de lancer une grève perlée aux points d'entrée du royaume.

Swaziland

Découvrez chacune des 14 épouses du roi Mswati III de la Swaziland

Le roi du Swaziland a 14 épouses. Qui sont-elles ? Sont-elles des défenseuses de l'égalité… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.