3 Octobre 2017

Burkina Faso: Forum sur la sécurité / Simon Compaoré - «Ce ne sera pas une foire »

Faire un diagnostic complet de la situation sécuritaire au Burkina Faso afin d'élaborer une politique nationale sur la question, c'est le but de la tenue d'un forum prévu du 24 au 26 octobre 2017. L'annonce en a été faite hier mardi 3 octobre 2017 au cours d'une conférence de presse donnée par le ministre d'Etat, Simon Compaoré.

L'insécurité au Burkina Faso est grandissante. Ces derniers temps, le quotidien des Burkinabè a été marqué par une série d'attaques terroristes et à main armée qui, dans certains cas, se sont soldées par des pertes en vies humaines. C'est donc un truisme de dire que les Burkinabè vivent désormais la peur au ventre. Il urge de prendre des mesures fortes pour assurer la quiétude des citoyens.

Cet idéal motive le gouvernement burkinabè, à en croire son ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, à organiser un forum sur la sécurité.

C'est sous le thème « Garantir la paix et la sécurité pour un développement durable du Burkina Faso : la nécessité d'une réforme du secteur de la sécurité », que va se tenir du 24 au 26 octobre 2017 la rencontre.

Selon le premier responsable de la sécurité, ce forum aura pour objectifs la définition d'un cadre institutionnel clair pour la mise en place d'un système de sécurité qui intègre les politiques de sécurité, de développement, qui inclut les acteurs concernés.

Il y a également le renforcement de la gestion des institutions sécuritaires ; et enfin la constitution de forces de sécurité compétentes et professionnalisées responsables devant les instances civiles.

Le ministre a par ailleurs fait savoir que, pour la réussite de ce forum sur la sécurité, une organisation en trois étapes des travaux a été adoptée : un atelier de réflexion (atelier « préforum »), le forum proprement dit et le rapport final.

Il ressort que ce forum sera organisé autour de trois axes thématiques qui sont : l'identification des défis, menaces et besoins de sécurité ; l'état des lieux de la mise en œuvre des politiques de sécurité et les perspectives et recommandations.

Le ministre Simon Compaoré a assuré que cette rencontre n'était pas que celle des intellectuels, « tout le monde aura son mot à dire (les coutumiers, les religieux, les commerçants, les corps habillés,... ) mais ce ne sera pas une foire », a-t-il souligné.

Cela signifie que pour une meilleure implication de l'ensemble des compétences nationales et des différentes couches socioprofessionnelles, des fora auront lieu dans les 13 régions du 15 au 19 octobre prochain.

A la question de savoir si le gouvernement ne serait pas en train d'emboîter le pas à des structures privées qui ont déjà tenu des fora sur la sécurité, le ministre d'Etat répond : « Le forum sur la sécurité était inclus dans le programme du président du Faso lorsqu'il battait campagne.

Quand j'ai pris fonction au ministère de la Sécurité, j'avais pour responsabilité de faire en sorte que la partie du programme du président qui relève de la sécurité soit prise en compte, notamment la nécessité d'organiser le forum national sur la sécurité.»

Et le ministre d'ajouter : « On n'a pas attendu que quelqu'un organise un forum pour se décider à en faire aussi ; nous sommes un gouvernement responsable, et on a la responsabilité de piloter le grand navire burkinabè.»

Quant aux inquiétudes sur l'aspect tardif et la pertinence d'un tel cadre d'échange alors qu'il faut des hommes sur le terrain, Simon Compaoré dit : « Laissez-nous aller à notre rythme ...

Quand on sera en train de réfléchir, on ne va pas ranger les fusils. Pendant le forum, il y aura toujours des gens sur le terrain qui renseignent et qui combattent. Ce ne sont pas tous les effectifs qui seront au forum ».

Il faut retenir qu'il faudra mobiliser 155 millions de francs CFA pour l'organisation de ce séminaire. Environ 500 participants sont attendus. Le « préforum » ainsi que chaque forum de région compteront 200 participants.

Burkina Faso

Trente ans après Sankara, la France doit poser des actes

Il y a trente ans, le 15 octobre 1987, le président du Burkina Faso Thomas Sankara était assassiné,… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.