4 Octobre 2017

Cameroun: L'opposition appelle à un dialogue inclusif et sans tabou

Photo: camerbe
Le porte-parole du gouvernement du Cameroun, Issa Tchiroma-Bakary

Au Cameroun, le président Paul Biya a appelé au dialogue après les violences qui ont suivi la tentative de proclamation de leur indépendance par les séparatistes de la partie anglophone du pays, en soulignant que seul un dialogue « serein » permettrait d'apporter des solutions durables aux problèmes. Le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma-Bakary, a estimé que ceux qui prônaient les idées indépendantistes en seraient non seulement exclus mais devraient également d'abord demander pardon avant de participer à un tel dialogue. Les partis d'opposition, eux, appellent à un dialogue inclusif et sans tabou.

Le SDF, le principal parti d'opposition plutôt bien implanté dans la partie anglophone du pays, n'a jamais caché qu'il est un fervent soutien du fédéralisme. Ce parti se dit prêt au dialogue, mais son numéro 2 Joshua Osih estime que « le gouvernement est allé trop loin dans la répression des manifestations » de ce dimanche. Il appelle donc le président Paul Biya a d'abord créer un environnement favorable qui passe notamment par la libération des prisonniers anglophones, avant l'organisation d'un « dialogue inclusif et sans tabou ». Mais le SDF pose également ses conditions.

« Le SDF est prêt au dialogue, mais pas à toutes les conditions, témoigne son vice-président. Il faut donc que toutes les conditions soient réunies pour que ce dialogue soit inclusif et qu'au sortir de ce dialogue les décisions prises soient immédiatement appliquées. »

Même son de cloche du côté de l'UDC, un parti qui a une base largement francophone. Ce parti milite pour « un Cameroun uni », mais son président estime que le pouvoir doit organiser un dialogue ouvert à tous. « Nous demandons au gouvernement d'inviter tous les Camerounais à ce dialogue, sans exclure qui que ce soit, même ceux qui demandent l'indépendance, qu'on les invite, et sur cette base on va éliminer toutes les sources de frustration qui ont conduit à cette situation », affirme Adamou Ndam Njoy.

Le président de l'UDC dit comprendre les « frustrations » que peuvent ressentir les anglophones du Cameroun. Et d'expliquer que ce dialogue doit servir à en déterminer les « causes » et à « éliminer les problèmes » qui se sont accumulés au cours des dernières décennies.

En savoir plus

Crise Anglophone - Les Nations Unies et la Francophonie appellent au dialogue

Au départ, des enseignants et des avocats d'expression anglaise revendiquaient les meilleures coéditions… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.