4 Octobre 2017

Ile Maurice: Environnement Marin - La menace de la couronne d'épines s'accroît

Sa présence à Maurice est une problématique supplémentaire pour les barrières de corail. Désormais elle se propage dans la région océan Indien.

Cette espèce d'étoile de mer géante à 12 pattes prolifère actuellement dans nos eaux. Connue comme «La couronne d'épines» (Acanthaster planci), sa présence a été rapportée tout autour de l'île Maurice. Et, maintenant, elle a aussi été découverte dans le fond marin de Rodrigues par un groupe de plongeurs, le Rod Dive Lovers, dont fait partie le commissaire de la Pêche Richard Payandee.

«En 20 ans de plongée, j'ai dû en voir une ou deux au maximum. Mais lors de notre dernière excursion dans le nord de Rodrigues, nous avons vu plus d'une quinzaine de ces étoiles de mer dans un tout petit espace. Ce qui est inquiétant, c'est que nous en avons vu d'autres», affirme le commissaire de la Pêche.

Ce mollusque est considéré comme étant très dangereux pour l'environnement, étant très invasif, tout en s'avérant une menace pour nos coraux. C'est pourquoi Richard Payandee parle de la nécessité de les éliminer avant qu'ils ne détruisent complètement les coraux.

Fondé en janvier de cette année, le Rod Dive Lovers regroupe des amoureux de la plongée qui, sur une base bénévole et par amour pour l'environnement, explorent les fonds marins.

«Dans le passé, nous avions initié des actions pour faire le nettoyage des passes et enlever des casiers abandonnés qui devenaient des pièges à poissons. Nous faisons aussi de la plongée scientifique afin de donner un coup de main à Shoals Rodrigues (NdlR, l'organisation non gouvernementale (ONG) pour la protection de l'environnement) dans ses travaux de recherche. C'est ainsi que récemment nous avons fait la découverte d'une espèce d'étoile de mer qui n'existait pas dans la mer de Rodrigues auparavant», explique Richard Payandee.

«La couronne d'épines est néfaste pour l'environnement et se nourrit de coraux. Nous la considérons comme une espèce envahissante. En collaboration avec Shoals Rodrigues, nous allons travailler pour enlever ces céphalopodes de notre mer afin de préserver nos coraux de la destruction.»

À Maurice, plusieurs de ces étoiles de mer veineuses et voraces ont été trouvées dans le lagon du nord de l'île et certaines ont aussi été vues dans le lagon de Blue- Bay. La problématique que pose la couronne d'épiness est sa vitesse de reproduction et surtout sa ténacité. L'étoile de mer est capable de vivre dès que les conditions lui sont favorables. Elle se reproduit très vite, survit à de nombreuses blessures et a très peu de prédateurs.

«Elle est toxique pour un grand nombre d'espèces, l'homme y compris, ce qui lui fait craindre peu de prédateurs. Sa capacité de reproduction est très importante, les femelles pouvant produire plusieurs dizaines de millions d'oeufs par saison», explique Céline Miternique de l'ONG Reef Conservation. «Les larves sont particulièrement mobiles et peuvent dériver sur des centaines de kilomètres.»

Pour la gérer, plusieurs techniques sont mises en place. Comme le projet pilote lancé par Reef Conservation pour réguler la population de l'Acanthaster planci. «Depuis mars 2017, nous avons un projet consistant à contrôler la population des couronnes d'épines. Ce contrôle consiste à injecter à des points précis une quantité précise de vinaigre dans cette étoile de mer. Ces injections de vinaigre font mourir l'étoile de mer au bout de 48 heures», ajoute Céline Miternique.

«Ces injections sous soumises à autorisation. Reef Conservation a un permis pour les réaliser et tout le monde n'est pas autorisé à le faire. Avant d'utiliser cette technique, nous avons fait plusieurs études sur différents sites pour pouvoir choisir les meilleurs endroits. Nous avons également collaboré avec les centres de plongée qui nous ont aidés dans cette recherche.»

Une autre technique est actuellement à l'étude en Australie, qui a grandement souffert de la couronne d'épines : l'introduction du triton géant (Charonia tritonis) dans l'écosystème de l'unique prédateur de cette étoile de mer. Un grand nombre de ces tritons vivaient auparavant dans les eaux mauriciennes mais ils ont été pêchés pour leur chair ainsi que pour la beauté de leur coquille dont raffolent les touristes. La raréfaction du triton géant réduit et supprime le rôle de ce prédateur quasi exclusif et conduit à la prolifération de cette étoile.

Ile Maurice

Découverte de sept kilos d'héroïne - Deux Kazakhs et deux Mauriciens interpellés

La courte durée de leur passage à Maurice a éveillé les soupçons des douaniers. Ravil… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.