4 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: On navigue à vue

Photo: © Flickr/CC/Chatham House/©Suzanne Plunkett 2017
Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine (photo d'archives).

Enfin ! Après plus de quatre mois passés à la tête du gouvernement, le Premier ministre a tenu une conférence de presse.

La toute première de sa controversée primature. Pour ce premier grand oral face aux professionnels des médias, on attendait beaucoup du chef de l'Exécutif, surtout un éclaircissement sur des questions brûlantes de l'heure. Hélas ! Tshibala a laissé ses interlocuteurs, ainsi que beaucoup de Congolais sur leur soif.

Ceux qui l'ont entendu parler pour la première fois, se sont vite rendu compte qu'il y a bien des questions qui échappent au Premier ministre comme, notamment, celle portant sur l'organisation des élections. Etonnant, alors que les élections, le social et la sécurité constituent l'essentiel de la mission de ce gouvernement dit d'«union nationale ».

Finalement, c'est un Tshibala évasif que les journalistes ont eu en face d'eux. Une telle débâcle médiatique prouve à suffisance que l'homme ne maîtrise pas un certain nombre de dossiers. Si tel est le cas, quel est donc son rôle à la tête de l'Exécutif national ? Serait-ce juste pour recevoir des honneurs, soigner son image et préserver son actuel rang social ? En d'autres termes, y a-t-il un gouvernement parallèle qui gère effectivement, faisant de lui un simple figurant ?

Rien d'étonnant pour ceux qui suivent l'évolution de la politique congolaise. À ce même poste, dans un passé très récent, on a eu à dénoncer le fonctionnement d'un gouvernement parallèle. Pour le cas d'un Premier ministre débauché de l'Opposition, ça s'appelle « le prix de la trahison ». Il n'a qu'à boire son humiliation jusqu'à la lie.

En un mot comme en mille, cette première conférence de presse du Premier ministre - on espère qu'il y aura une deuxième - n'est rien d'autre que du déjà-entendu et du déjà-vu. Ainsi, pourrait-on dire, avec le gouvernement Tshibala, on fait du sur-place ou, au pire, le pays navigue à vue.

Congo-Kinshasa

Energies renouvelables - appel de l'IAER à la communauté internationale

À la veille du sommet de Paris sur le financement des politiques climatiques qui se tient le 12 décembre,… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.