4 Octobre 2017

Sénégal: Seydi Gassam - «La situation des défenseurs des droits de l'homme n'est pas ce qu'elle devrait être»

Les conditions d'existence des défenseurs des droits de l'homme au Sénégal sont meilleures, comparées à d'autres pays où les Etats entravent la bonne marche des activités de ces derniers.

Nonobstant, le directeur exécutif d'Amnesty Sénégal, et président de la Coalition sénégalaise des défenseurs des droits de l'homme, Seydi Gassama, a plaidé pour une loi protégeant ces acteurs de société civile contre les attaques des hommes politiques et la communauté. Il s'est exprimé hier, mardi 3 octobre, à l'ouverture d'un atelier de formation de jeunes défenseurs des droits de l'homme.

Le directeur exécutif d'Amnesty international/Sénégal et par ailleurs président de la Coalition sénégalaise des défenseurs des droits de l'homme, Seydi Gassama, parlant de l'exercice de leur mission au Sénégal, décrit une situation mi-figue mi-raisin. S'exprimant hier, mardi 3 octobre, à l'ouverture d'un atelier de formation de jeunes défenseurs des droits de l'homme, Seydi Gassama a dit reconnu que «la situation n'est pas mauvaise, mais elle n'est pas ce qu'elle devrait être.

On ne retrouve pas de défenseurs des droits de l'homme en prison. Même s'il y a eu des moments difficiles, comme lors de la période préélectorale de 2012 où des défenseurs des droits de l'homme ont été ciblés» par des hommes politiques notamment.

Cependant, précise-t-il, «même si on n'observe pas des répressions de la part du gouvernement, les menaces existent. Elles sont surtout dues à la dénonciation des violations liées aux traditions, aux coutumes, et aux questions dites sensibles. Les menaces les plus graves viennent des communautés. Ils peuvent être des groupes religieux qui se sentent menacés par le discours universaliste des droits humains que nous faisons. Les campagnes d'injures, de dénigrement, les tentatives de discrédit des droits de l'homme existent tous les jours de la part des hommes politiques».

Seydi Gassama précise, dans ce sens, que les droits de l'homme sont des valeurs universelles. «Nous ne pouvons pas adapter les discours à toutes les particularités régionales, nationales ou départementales. C'est le défi auquel nous sommes confrontés», a-t-il dit.

Plaidoyer pour une loi qui protège les défenseurs de droits de l'homme

Face donc à toutes ces menaces, Seydi Gassama pense qu'il est nécessaire d'avoir une loi qui les protège. «Je voudrais demander à l'Etat du Sénégal, à l'instar de beaucoup de gouvernement africain, d'aller vers l'adoption d'une loi de protection des droits humains. La Déclaration de l'assemblée générale des Nations unies de 1998 est très claire. Elle définit les rôles et les responsabilités des défenseurs des droits humains. Et elle exhorte les Etats à prendre les mesures pour assurer la protection des défenseurs des droits de l'homme et de leur permettre de travailler. La coalition s'engage à soumettre au ministère de la Justice un projet de loi dans ce sens. Nous ne demandons pas l'impunité, mais à ce que les lois soient changées».

Ismaïla Madior Fall pour une formation des défenseurs des droits de l'homme

Pour sa part, venu présider la cérémonie d'ouverture de la rencontre, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, souhaite une meilleure formation des défenseurs des droits de l'homme face à la complexité de leur mission.

«La défense des droits humains se complexifie. On a des questions relatives à la cybercriminalité, aux droits des populations sur leurs ressources naturelles. Par conséquent, les acteurs de la société civile, pour être des défenseurs des droits humains crédibles, mais en même temps pour être des interlocuteurs de l'Etat en ce qui concerne la construction, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques, doivent être outillés pour qu'ils deviennent des spécialistes dans des domaines pointus», a-t-il dit.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.