4 Octobre 2017

Sénégal: Evacuation des eaux usées et de pluie - Un expert liste les racines du mal

Un spécialiste en environnement explique les problèmes d'assainissement dans certains quartiers de Dakar par ceci : des canaux à fonction unitaire, c'est-à-dire devant recevoir uniquement des eaux usées ou uniquement des eaux de pluie, se trouvent à la fois alimentés par les deux types de liquide.

Les réseaux d'assainissement datent de très longtemps. « Les débits d'eaux usées qu'ils reçoivent aujourd'hui dépassent largement ceux pourquoi ils ont été construits. Vu la montée démographique observée dans ces quartiers, il est normal que des problèmes d'assainissement se posent, car il y a un surplus d'eaux usées », explique Ababacar Mbaye, spécialiste en environnement. Les réseaux d'assainissement dans certains quartiers de Dakar comme Grand Yoff, la Médina et les Parcelles assainies sont bouchés, et ce, pour plusieurs raisons.

Selon l'expert, des canaux à fonction unitaire, c'est-à-dire ne recevant uniquement des eaux usées ou uniquement des eaux de pluie, se trouvent à la fois alimentés par les deux types de liquide. Ce qui crée évidemment des bouchons. Cette obstruction va donc se répercuter sur les fosses septiques des ménages.

Les populations ne sont pas que des victimes dans ce déréglage du système. Délibérément, nombreux sont ceux qui déversent des déchets dans ces regards ou alentours. Pourtant, ils sont sensés évacuer les eaux de leurs propres ménages. « D'autres vont jusqu'à brancher clandestinement leurs fosses aux canaux unitaires, à ciel ouvert, qui eux ne doivent recevoir que de l'eau de pluie. Imaginez ce que cela peut engendrer », poursuit-il, soulignant que le vol de couvercle des regards n'est pas à exclure.

« Ceux qui le font vont revendre la ferraille pour se faire de l'argent ». De ce fait, en période de pluie, le phénomène ne peut que s'aggraver, puisque ces réseaux sont à la merci de l'anarchie et d'une mauvaise gestion.

Des solutions s'imposent...

« Il urge de redimensionner ces ouvrages d'assainissement publics, d'y mettre des garde-fous, afin qu'ils soient bien protégés et éviter ainsi toute pénétration d'ordures. Il faut réhabiliter ces réseaux pour permettre un écoulement fluide des eaux usées. Préserver le système séparatif des canaux est plus qu'important, c'est une nécessité », préconise le spécialiste en environnement.

De façon préventive, la sensibilisation des populations sur la gestion de ces réseaux serait salutaire. Chaque citoyen est responsable de ces ouvrages publics, car communs à tous. De l'avis de M. Mbaye, certains comportements sont à bannir, mais cela ne peut être possible sans une sensibilisation régulière, qui demande aussi la participation des médias, estime-t-il.

Sénégal

23 nouveaux experts comptables versés dans le marché de l'UEMOA

Le marché de l’Union économique monétaire ouest africain (Uemoa) vient de s’enrichir de… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.