5 Octobre 2017

Congo-Brazzaville: Opération décrispation

Le président Denis Sassou Nguesso a entamé des échanges mardi dernier avec les forces vives de la région du Pool.

Il faut sortir de la crise qui déchire la région du Pool depuis avril 2016. Tel était le sens de la rencontre qui a réuni mardi dernier en la salle des banquets du palais présidentiel de Brazzaville, le président congolais et les forces vives de cette région. L'échange entre Denis Sassou Nguesso et les évêques, notabilités, sages, personnalités politiques et autres cadres du Pool a tourné autour du pardon, de la réconciliation et de la création de couloirs humanitaires. Au cours de cette réunion, une constance s'est dégagée tout de même : depuis dix-huit mois, cette instabilité a déjà occasionné de multiples viols et vols, et il faut tourner cette page triste. Dans leur déclaration, les forces vives ont formulé un ensemble de recommandations pour une sortie de crise.

«Nous sollicitons la réalisation des propositions suivantes : l'ouverture des couloirs sécurisés pour encourager la sortie des jeunes en déperdition; leur cantonnement et leur réinsertion sociale à travers les programmes du Haut-commissariat à la réinsertion des ex-combattants; la libre circulation des personnes, des biens et surtout des vivres», a déclaré Dominique Loubassou, leur porte-parole. Les visiteurs sollicitent également «le retour dans leurs villages respectifs, des populations déplacées et leur accompagnement à travers des programmes d'assistance humanitaire; la relance du trafic ferroviaire et routier; le fonctionnement régulier de l'administration publique; la réouverture des écoles et centres de santé». Des mesures auxquelles le chef de l'Etat a adhéré. «S'il vous plait, il faut que ces jeunes gens-là sortent avec leurs armes. Cela ne peut pas être autrement parce que nous vivons des phénomènes de récidive. Ce sont des récidivistes.

On créera les conditions pour qu'ils sortent. Il faut qu'ils sortent avec les armes. On pourra même les leur racheter», a indiqué Denis Sassou Nguesso. «Le président ne va pas les tuer. La plupart d'entre eux sont de pauvres jeunes gens enrôlés dans les sectes (... ) On ne peut pas soigner un mal sans faire de diagnostic. Nous allons créer les conditions pour que soit mis fin à cette situation et ceci sans délai», a-t-il rassuré. Confrontée à une crise qui a démarée en avril 2016 par une insurrection des Ninjas Nsiloulou fidèles à Frédéric Bintsamou alias Pasteur Ntumi, après la réélection de Denis Sassou Nguesso à la présidence, la région du Pool subit de lourdes conséquences. Au moins 138 000 personnes sont en situation de détresse, causée par une interruption du trafic ferroviaire et une inflation des coûts de denrées alimentaires.

Congo-Brazzaville

Justice - Firmin Yangambi saisit la Cour constitutionnelle

Le détenu bénéficiaire de la loi d'amnistie de 2014 conteste son maintien en détention. Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.