5 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: SCTP - Priorité à l'embauche

Toute politique de relance durable de la Société commerciale des transports et ports (SCTP) devra prendre en compte nécessairement le phénomène très déstabilisant du vieillissement du personnel technique. Une demande allant dans le sens a été formulée directement à l'endroit du Premier ministre, Bruno Tshibala, par une délégation de ce géant du transport terrestre. Pour sa part, le patron de l'exécutif national s'est dit ouvert à toute solution qui permettrait de redresser l'entreprise.

La question du personnel vieillissant n'a pas cessé de préoccuper au plus haut point les comités de gestion successifs de la SCTP. Comme pour le reste des anciennes entreprises publiques transformées en sociétés commerciales depuis 2008, la situation de l'ex-Onatra n'est guère reluisante depuis près de deux décennies, voire plus. Au cours des échanges francs avec Bruno Tshibala, la délégation conduite par la présidente du Conseil d'administration, Vicky Katumwa, a évoqué tous les problèmes non résolus parmi lesquelles la gestion de la redevance logistique terrestre, la créance de l'État et la créance entre des différentes sociétés. Dans la foulée, les deux parties ont évoqué également le cas du personnel vieillissant. Sur ce point, la délégation de la SCTP a fait part au chef de l'exécutif national de l'urgence pour l'entreprise de commencer à embaucher pour rajeunir le personnel. Pour entamer le processus d'embauche, Vicky Katumwa a insisté sur la nécessité que le gouvernement central lève les mesures conservatoires.

Implication de la primature

Par rapport à l'ensemble des problèmes évoqués au cours des discussions, les autorités de la SCTP ont demandé et obtenu une implication plus forte de la primature pour des solutions durables. En effet, la SCTP et la SNCC (Société commerciale de chemin de fer du Congo) ont été créées à l'époque coloniale dans le but principal d'évacuer les produits miniers et agricoles des ports du pays ou des pays frontaliers pour les acheminer vers les marchés internationaux d'Europe. Certes, les courants de trafic ont beaucoup changé au fil des décennies, avec la montée des économies émergentes. Desservant la partie ouest de la RDC, contrairement à la SNCC qui couvre le sud-ouest, le centre et le nord-est, la SCTP gère un réseau dense de 12 000 km de voies navigables et 366 km de chemin de fer. Et la liste n'est pas exhaustive si l'on ajoute les ports, les unités fluviales et le chantier naval. L'on comprend le rôle historique de la SCTP en tant que colonne vertébrale de l'économie congolaise en matière de mobilité des biens et des personnes. Toutefois, il y a eu une conjonction d'événements malheureux, dont l'absence de financement à long terme et l'impossibilité de renouveler l'outil de travail devenu obsolète. Renforcer les investissements va exiger un fonctionnement efficient de tous les services multimodaux qui ont contribué à la notoriété de l'entreprise à l'international.

Ressources humaines déficitaires

Le déficit en personnel technique est un obstacle majeur au redressement du secteur des transports. Or, avec son chantier naval par exemple, un département très important de l'entreprise, la SCTP a une vocation à la fois commerciale et technique. Nombre d'études réalisées sur cette problématique font état d'un sureffectif chronique et surtout d'un déficit de techniciens, d'ingénieurs et autres agents spécialisés. L'on estime la moyenne d'âge des effectifs à plus de 50 ans. Ces études révèlent aussi que le secteur des transports risque tout simplement de voir disparaître une partie de son savoir-faire d'ici à quelques années. D'où l'urgence de mettre en œuvre une politique de recrutement et de formation, certes, budgétivore mais indispensable en faveur des milliers d'agents.

Congo-Kinshasa

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur la… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.