5 Octobre 2017

Sénégal: Forum Preventica - Seydou Diallo expose les axes d'une politique de santé et en milieu maritime

Présentant pour le compte de l'Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM), une communication au 1er Forum international Préventica 2017, le Commandant Seydou Diallo, ancien Directeur général du COSAMA et actuel Administrateur associé du cabinet AMCE, a traité du thème : «Enjeux et évolution de la politique Sécurité/Santé au Travail».

A en croire le Commandant Seydou Diallo, «pour promouvoir et favoriser la mise en place d'une politique de santé et de sécurité en milieu maritime telle que préconisée par l'OMI et l'OIT, il faut : mettre en œuvre tous les instruments pertinents relatifs à la sécurité et à la santé des gens de mer.

De même, il pense qu'il faut élaborer et ou adopter un cadre juridique référentiel unique et cohérent qui intègre autant que possible toutes les normes actuelles contenues dans les conventions sur le travail maritime. Tenir compte des normes internationales sur la conception et la construction des navires et assurer la formation des gens de mer, etc.

Concernant les Risques en mer, il indiquera que «le risque lié à la nature de la mer et à ses dangers se notent avec les tempêtes, collisions, ripages de cargaison, incendies, la dangerosité des produits transportés, la piraterie et le terrorisme) ».

Parlant des risques pour l'homme, il révélera que «le métier de marin, c'est le métier le plus dangereux, car étant à risque résultant de deux facteurs que sont : les conditions de travail en milieu hostile et isolement rendant impossible l'accès rapide au médecin et à l'hôpital).

«Au Sénégal, informe le Commandant Diallo, les marins sont soumis aux dispositions des IPM instituées dans les années 1970 avec l'avènement de la Convention collective de la Marine Marchande de 1975».

Il signalera que «pour dire plus jamais ça, suite au triste naufrage de «Joola» en 2002, avec plus de 2000 victimes, il a été institué l'Assurance privée du navire et la responsabilité civile, à côté de nouveaux dispositifs institutionnels, matérialisés par la création de l'ANAM et de la HASSMAR.

«Il convient de signaler que la majeure partie de la flotte de pêche mondiale se compose de bateaux de pêche artisanale, sans oublier l'absence de règlementation internationale tant pour la conception que pour la construction des embarcations ; l'absence d'organisation de travail normalisé ; l'absence de conditions de prise en charge des marins artisans », regrette M. Seydou Diallo.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.