6 Octobre 2017

Congo-Brazzaville: Début de négociations congolaises avec le FMI pour «refinancer» la dette

Le Congo-Brazzaville a annoncé jeudi 5 octobre qu'il souhaitait engager des négociations avec ses créanciers pour « reprofiler ou refinancer » sa dette, nettement plus élevée que prévu. Cette annonce intervient alors que le Fonds Monétaire International (FMI) vient de boucler une mission dans le pays. S'engage une première phase de négociations.

Aucun accord n'a été officiellement signé avec le FMI. Les négociations en sont à un stade embryonnaire. Brazzaville dit vouloir les accélérer.

Compte-tenu de la situation économique du pays, des « mesure immédiates » doivent être prises : c'est ce qu'affirme le gouvernement dans un communiqué. C'est pour cette raison qu'il souhaite se tourner vers ses créanciers ; la Chine, par exemple.

Décrocher un programme de soutien à son économie

L'enjeu actuel pour le Congo-Brazzaville est de décrocher un programme de soutien à son économie. Le pays mise aussi sur une remontée des prix du baril de pétrole pour contrer sa dette.

Elle est aujourd'hui évaluée à, au moins, 110 % de son PIB, un montant établi sur la base des informations fournies par Brazzaville, à l'issue de la visite du FMI.

En août, RFI révélait que le pays avait dissimulé une partie de sa dette. Elle était alors estimée à 77 % de son PIB, selon les informations données au FMI.

Même si elle a été revue à la hausse, elle pourrait être encore plus élevée car ce montant n'inclut pas, par exemple, les dettes en cours de litige, c'est-à-dire les dettes sur lesquelles la justice a été saisie.

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.