7 Octobre 2017

Burundi: À quand la dépénalisation de l'avortement ?

Le 28 novembre est célébrée la journée internationale du droit à l'avortement. Pourtant, la société burundaise reste de loin réticente à l'interruption volontaire d'une grossesse. Quelles sont les raisons avancées ? Explications du blogueur Egide Nikiza.

Il est dit que les sociétés sont en perpétuel mouvement. Et le Burundi ne ferait pas exception.

C'est mon constat à la suite de la demande solennelle de dépénalisation de l'avortement par Espérance Ntirampeba. Celle-ci est présidente de l'association solidarité des femmes burundaises pour la lutte contre le Sida.

C'était le 28 septembre, dans la ville de Bujumbura, lors de la journée internationale de dépénalisation de l'avortement.

Devant un parterre de parlementaires, de religieux, d'activistes de la Société civile,... elle a plaidé en faveur de l'interruption volontaire de la grossesse pour des cas particuliers : l'inceste, le viol et l'agression sexuelle. Malheureusement, sa demande n'a pas eu une suite favorable.

La vie d'un être humain est sacrée

Souvent, les femmes elles-mêmes sont loin de louer l'interruption d'une grossesse. Lahma Nsengiyumva, jeune femme musulmane de 48 ans, habitant dans la zone Cibitoke, commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura, est totalement contre cette revendication.

« C'est un meurtre et il est contre la loi d'Allah.» D'après cette mère de quatre enfants, l'inceste, le viol... ne lèvent pas l'interdit sur les crimes.

Nadine Kaneza, 24 ans, protestante établie à Mutanga nord, commune Ntahangwa, dans la ville de Bujumbura, abonde dans le même sens. « Tellement malheureuses, soient-elles, les circonstances dans lesquelles une femme tombe enceinte, il reste défendu de tuer. »

Et de lâcher : « Même s'il advenait que je sois victime de l'inceste ou d'un viol et qu'il en résulte une grossesse, loin de moi l'idée de recourir à l'avortement.» Cette célibataire compare tout de même cette épreuve à une crucifixion.

Pour Dorine Akimana, 32 ans, habitant à Muzinda, commune Rugazi de la province Bubanza (ouest du pays), il faut garder en tête le "6ème commandement" biblique : «Tu ne tueras point.»

Cette catholique jette les ponts entre l'avortement et l'égocentrisme : «Toute interruption volontaire d'une grossesse est à bannir. En avortant, certes l'on se protège contre les conséquences d'une grossesse non désirée, mais l'on prive en même temps la vie à quelqu'un.»

Shadia Irakoze, 26 ans, catholique installée à Mutanga nord, est d'un avis contraire. Cette jeune femme fraîchement sortie de l'université Lumière de Bujumbura n'y va pas par quatre chemins : « Si la grossesse résulte de l'inceste, d'un viol... , j'avoue que je n'hésiterai pas de faire recours à l'avortement.» Et elles ne sont pas nombreuses à penser comme ça.

Des lois insurmontables

Il serait aussi insensé de penser que des lois particulières seront prochainement arrêtées en réponse à la demande d'Éspérance Ntirampeba. Le code pénal est très clair sur l'avortement volontaire.

L'article 510 stipule que « la femme qui, volontairement, s'est fait avorter, est punie d'une servitude pénale d'un an à deux ans et d'une amende de vingt mille francs à cinquante mille francs.»

En outre, le législateur a fait en sorte qu'un seul médecin ne puisse décider de l'avortement même quand c'est nécessaire. Un moyen de contrer les mauvais disciples d'Hippocrate.

En plus du consentement de la personne enceinte, le constat de la nécessité de l'avortement doit bénéficier de l'avis favorable d'un second « médecin diplômé.»

Et lorsque la personne enceinte n'est pas consciente pour donner un accord écrit, le code pénal n'est pas muet : « Si la personne enceinte est incapable de manifester sa volonté, le consentement écrit de son représentant légal est requis. » Je parle ici de l'article 511 du même code.

Aucune possibilité d'invoquer même le protocole de Maputo de 2003 pour revendiquer la dépénalisation de l'avortement.

Certes le Burundi l'a signé le 3 décembre 2003. Cependant, la ratification de ce texte, qui reconnaîtra aux femmes burundaises le droit absolu d'avorter pour les cas avancés, se fait toujours attendre. Et on risque d'attendre longtemps.

Quand est-ce que l'avortement peut être autorisé ?

Cette pratique peut intervenir légalement lorsque l'embryon humain est accroché dans un organe qui n'est pas adéquat : « Dans les trompes par exemple. »

En cas de la constatation des malformations corporelles incompatibles avec la vie humaine - « absence de la tête»-, cette pratique est autorisée pour ne pas laisser naître un être absurde.

De plus, les médecins peuvent décider de l'avortement quand il est prévisible que l'évolution de la grossesse risque la vie de la personne enceinte.

Burundi

Nouveau round du dialogue de sortie de crise annoncé comme décisif

Vers une relance d'un dialogue inter-burundais en crise depuis plus d'une année. L'équipe du facilitateur… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.