7 Octobre 2017

Ile Maurice: Recommandations du NRB\Industrie sucrière - La retraite à 45 ans pas de sitôt

Après sept ans d'attente, les salariés de l'industrie sucrière sont enfin fixés sur leurs demandes pour une révision de leurs conditions de service. Dans un rapport publié hier, le National Remuneration Board (NRB) indique qu'il ne peut statuer sur la requête formulée par les laboureurs et artisans pour ramener l'âge de la retraite de 50 à 45 ans pour les hommes et les femmes.

Il a proposé en contrepartie que les employeurs considèrent cette demande sur une base humanitaire et en fonction de l'ancienneté, de la performance et de la retraite volontaire.

Le NRB dit noter que c'est le Joint Negotiating Panel (JNP) qui avait le plus insisté pour la réduction de l'âge de la retraite de 50 à 45 pour tous les travailleurs

Les représentants des employeurs se sont opposés à cette demande. Les employeurs, représentés par Alteo Ltd, Compagnie de Beau-Vallon Ltée, Constance La Gaieté Co Ltd, ENL Agri Limited, Omnicane, Terragri Ltd, Union Sugar Estates Co Ltd et Médine, ont fait remarquer que si on applique la demande du JNP, cela aura un impact négatif sur les opérations et la bonne marche des activités des entreprises.

Dans ses analyses, le NRB souligne que si on applique la demande du JNP, ce sont 57 % de la main-d'œuvre qui seront éligibles à la retraite à cet âge. Cela risque de causer un problème dans le secteur, d'autant plus qu'il est difficile d'y attirer et de retenir des jeunes.

Le NRB rappelle qu'à travers la Sugar Efficiency Act de 2001, les travailleurs ont la possibilité de se retirer à l'âge de 50 ans pour les hommes et à 45 ans pour les femmes. C'est pour cette raison que le NRB s'est abstenu de statuer sur la question.

Une autre demande qu'avaient formulée les syndicalistes auprès de cette instance concerne l'introduction d'une Night Duty Allowance de 25 % du salaire basée sur la rémunération journalière.

Les syndicalistes se sont appesantis sur le fait que les travailleurs sont plus vulnérables durant la nuit car ils peuvent faire face à des problèmes de santé.

Les employeurs ont soutenu que cette demande n'est pas justifiée car les travailleurs sont rémunérés pour les longues heures de travail en termes d'allocation et de boni.

Cependant, le NRB estime qu'il est légitime de les compenser pour le travail durant la nuit. Il considère qu'une allocation de 10 % du salaire de base est justifiée.

Interrogé par l'express, Ashok Subron, du JNP, a déclaré que «ces recommandations représentent une timide avancée.

Nous apprécions que le paiement d'une allocation de nuit ait été reconnu. Je trouve regrettable que le NRB ait souligné que la retraite à 45 ans dépendra du bon vouloir des patrons.»

Ile Maurice

Singes en captivité - Une campagne lancée pour interdire la pratique à Maurice

Une vidéo et une pétition circulent sur les réseaux sociaux. Leur but : sensibiliser afin qu'une… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.