8 Octobre 2017

Tunisie: L'absence de stabilité fiscale entravera l'investissement national et étranger

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a reçu, hier, à Dar Dhiafa à Carthage, le président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Conect), Tarek Cherif, qui a déclaré à la presse, au terme de l'entrevue, avoir présenté à Chahed les propositions de la Confédération concernant le projet de loi de finances pour l'exercice 2018.

La Conect avait exprimé son refus de toute augmentation des taxes sur les sociétés. Le président de la confédération avait déclaré, au début de la semaine, lors d'une conférence sur la loi de finances 2018, que tout impôt supplémentaire prévu par le projet de loi de finances pour l'exercice 2018 aura un impact négatif sur la compétitivité des entreprises, sur leur capacité à promouvoir les investissements et sur leurs perspectives d'extension, «ce qui bloque la création de nouveaux postes d'emploi».

Il avait rappelé que la pression fiscale en Tunisie est l'une des plus lourdes au monde, estimant que l'absence de stabilité fiscale aura un impact négatif sur l'investissement national et étranger.

Chérif avait aussi critiqué les politiques adoptées par les différents gouvernements en matière de fiscalité qui, d'après lui, «ne sont pas sérieuses», recommandant d'intégrer les adhérents au régime forfaitaire au régime réel.

Le nombre de ces adhérents est estimé à 400 mille sur un total de 650 mille sociétés. Une fois intégrés au régime réel, ils permettront de générer des revenus fiscaux estimés à 28 MD par an, selon le premier responsable de la Conect.

Il avait également appelé le gouvernement à lutter contre l'économie parallèle qui représente 50% de l'activité économique, et à oser privatiser certaines entreprises opérant dans des secteurs compétitifs, vendre des sociétés confisquées et créer des fonds d'investissement régionaux dont le rôle sera d'appuyer les entreprises dans les régions.

La version finale du projet de loi de finances 2018 sera examinée, mercredi 11 octobre 2017, en Conseil ministériel avant qu'il ne soit adopté et soumis à l'ARP (avant le 15 octobre comme le stipule la Constitution).

Tunisie

Œdipe - A propos d'une lecture forcée

Face au désordre mental, qui isole du monde, le jeu du désir est ce qui permet de se frayer une issue, de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.