8 Octobre 2017

Tunisie: Une approche participative en cours d'élaboration

Elle vise, a-t-elle dit, à réhabiliter les victimes de violence et de torture dans le cadre d'une approche multidisciplinaire qui tienne compte des aspects médicaux, juridiques et socio-économiques.

La secrétaire d'Etat qui présidait, à l'hôpital psychiatrique Errazi, l'ouverture des travaux d'une rencontre scientifique sur l'assistance aux victimes de violence, a souligné que les efforts de toutes les parties sont conjugués dans le cadre d'une stratégie nationale globale pour lutter contre toutes les formes de violence, en particulier la violence à l'égard des femmes afin de prendre des mesures pour éradiquer ce phénomène qui constitue une violation flagrante des droits de l'Homme.

Il s'agit, selon elle, de renforcer la législation et d'encourager la création de centres spécialisés, tout en œuvrant à soutenir les programmes communs qui visent à garantir une prise en charge multidisciplinaire des femmes et enfants victimes de violence.

Pour sa part, Anissa Bouascar, médecin à l'hôpital Errazi et professeur à la Faculté de Médecine de Tunis, a indiqué que cette rencontre scientifique s'inscrit dans le cadre des travaux pratiques dispensés aux étudiants du certificat d'études complémentaires dans la psychologie des victimes de la criminalité.

Elle a ajouté que ce diplôme, qui est le premier du genre en Tunisie, vise à apprendre aux étudiants comment élaborer une stratégie participative entre les différentes parties intervenantes en vue de lutter contre toutes les formes de violence.

Les participants à cette rencontre ont pris connaissance de l'expérience belge dans la prise en charge commune des femmes violentées à travers une intervention de la présidente d'une association belge de défense des femmes violentées.

Les interventions ont porté, également, sur les droits des femmes ou des filles victimes de violence en vertu des dispositions de la loi contre la violence à l'égard des femmes, en particulier en ce qui concerne leur droit à la protection juridique de manière à préserver leur sécurité, leur intégration physique et morale et leur dignité tout en veillant au respect de leur vie privée.

Il s'agit, aussi, a-t-elle dit, de leur garantir une aide juridique, un suivi médical et psychologique, un accompagnement social approprié ainsi que l'écoute et l'hébergement en cas de besoin.

La rencontre a porté, également, sur les programmes et stratégies du ministère de la Femme en matière de protection et de prise en charge des femmes victimes de violence ainsi que des mécanismes chargés de sa protection au sein du ministère de l'Intérieur.

Cette rencontre scientifique a été organisée par la Faculté de Médecine de Tunis en collaboration avec l'Association tunisienne de psychiatrie et l'Institut tunisien de réhabilitation des survivants de la torture.

Des étudiants, des représentants des centres de conseils et d'orientation familiale ainsi que des centres d'hébergement, de protection et d'autonomisation des femmes et des filles victimes de violence ont pris part à cette rencontre.

Tunisie

Œdipe - A propos d'une lecture forcée

Face au désordre mental, qui isole du monde, le jeu du désir est ce qui permet de se frayer une issue, de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.