7 Octobre 2017

Tunisie: A remodeler ...

200 milliards de millimes ont été alloués à ce projet pour en faire bénéficier les couches sociales moyennes grâce à des avantages au niveau du financement, du crédit ou des délais de remboursement. Or, il semble que ce programme ait fait long feu et les demandeurs ne se bousculent pas au portillon.

Lourdeurs administratives

C'est pour essayer de relancer ce projet que «Expofinance» a organisé cette manifestation qui devrait apporter des réponses aux nombreuses questions en suspens chez les éventuels postulants à un logement.

Aussi, trouve-t-on, à côté des établissements financiers d'investissement ou des banques, des groupes immobiliers et des promoteurs.

On sait que la Cstpi (Chambre syndicale tunisienne des promoteurs immobiliers) fait partie des organisateurs de cette exposition ainsi que le ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire.

C'est ainsi que des emplacements ont été réservés pour des représentants de banques ou des intermédiaires en Bourse et d'autres promoteurs dans le domaine économique.

L'hôtesse d'une agence immobilière nous a confié que les prix, honnêtement, ne sont pas à la portée des Bourses des citoyens auxquels ce programme du «Premier logement» est censé s'adresser.

Un couple, avec un bébé dans la poussette, est en discussion à bâtons rompus avec la responsable d'un autre stand. Il voudrait une opportunité à El Mourouj. La responsable leur propose des appartements à La Nouvelle Médina ou à Ennasr.

Le prix du mètre carré couvert se situe entre 1.250 à 2.200 dinars. Il y a aussi des terrains à vendre à Mhamdia. En gros, les promoteurs et les agences sur place proposent des appartements dans le Grand-Tunis.

Certains logements peuvent être financés par des crédits Foprolos. Généralement, ces produits immobiliers ont une superficie qui varie entre 120 et 250 m2.

On trouve des S+2 avec 106 à 118 m2, des S+3 avec 135 à 165 m2 ou des S+4 à 165 m2. Leur prix ne doit pas dépasser les 200 millions de millimes pour bénéficier des incitations fixées par le projet gouvernemental.

Guichet unique

En marge de cette exposition, il serait bon de souligner les quelques lacunes constatées sur le terrain par les potentiels demandeurs de logement.

En première ligne, on déplore l'accueil et la mauvaise organisation de l'orientation des citoyens. La complexité des démarches administratives et la multiplicité des dossiers ont de quoi rebuter plus d'un.

Les agents affectés à «renseigner» les futurs candidats n'ont, pratiquement, aucune connaissance des informations précises quant à la constitution des dossiers. Ceci concerne aussi bien les agents immobiliers (dont les informations sont trop floues ou peu rassurantes) que les employés des banques.

Les intéressés tournent en rond dans les dédales des administrations soi-disant préparées à les recevoir. En un mot, la bureaucratie est bien là !

D'autre part, les prix sont, de très loin, hors de portée des classes ciblées. Un grand nombre se dit peu concerné par ces offres.

Personne parmi eux n'est prêt à passer toute sa vie à payer des crédits de 400 à 450 dinars par mois. Autant demeurer locataire dans un endroit que l'on choisit soi-même.

Le ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire a beau annoncer que de nouvelles mesures d'assouplissement seront prises pour inciter les gens à adhérer à ce programme, mais il nous semble que rien ne changera si la lourdeur administrative reste la même et que les structures d'accueil et d'orientation ne s'améliorent pas.

S'il est vrai que le parc immobilier privé dispose d'un surplus de logements à écouler, il faudrait encore plus d'efforts à faire au niveau de la baisse des prix.

Car même si on augmente la durée d'amortissement (en la portant de 25 à 30 ans) ou en prolongeant le délai de grâce, etc., il y aura toujours une réticence devant l'obstacle majeur du montant permettant d'acquérir un logement.

En outre, il faudrait penser, sérieusement, à instaurer un guichet unique pour cette opération.

Il est insensé de faire le tour de dizaines d'endroits (banques, promoteurs... ) à la recherche de quelque chose d'intéressant pour ne rien dénicher de satisfaisant, en fin de compte.

Car, en faisant le tour des lieux, des postulants n'ont pas apprécié le rapport «qualité-prix» du bâti proposé.

Tunisie

Trois décès causés par le virus H1N1

«Nous n'en sommes pas encore au stade d'épidémie, explique le Dr Amine Slim, responsable de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.