8 Octobre 2017

Burkina Faso/Afrique du Sud: Eliminatoires Coupe du monde 2018 - La Russie s'éloigne du Burkina

C'est une équipe méconnaissable des Etalons qui s'est offerte aux Bafana d'Afrique du Sud, se faisant éclabousser par 3 buts à 1 le samedi 7 octobre 2017 au FNB Station de Johannesbourg en match comptant pour la 5e journée des éliminatoires du mondial 2018.

Après ce naufrage collectif, le onze national n'a plus son destin en main et cède du coup la 1re place du groupe D au Sénégal, victorieux du Cap-Vert par 2 à 0.

Fébriles, amorphes défensivement, inexistants dans tous les compartiments du jeu et incapables de fermer leur base arrière face aux accélérations des attaques des Bafana, les Etalons ont été copieusement battus samedi dernier dans un FNB stadium de Johannesbourg quasi vide.

Rarement on aura vu une équipe des Etalons autant aux abois que lors de cette 5e journée des éliminatoires de la coupe du monde Russie 2018. Partie avec la ferme intention de ramener les 3 points de la victoire, elle a chuté, et même lourdement, face à un adversaire qui était dans l'œil du cyclone.

Trop de confiance ? Possible. Peu de motivation et de concentration ? Probable. En tout cas, cette formation burkinabè, même si le match devait être rejoué, prendrait les mêmes buts, tant elle a été incapable d'opposer la moindre résistance aux vifs attaquants adverses.

Et pour vraiment gâcher sa soirée, elle concède un but tout juste après 1mn 44 s de jeu. Une remise en touche, une tête en arrière en déviation et pan ! Le verrou défensif des Etalons saute.

Hervé Koffi, qui pensait avoir sorti le ballon lorsque celui-ci a ricoché sur son poteau, sera surpris de voir que les arbitres indiquaient le rond central (1-0, 2e mn). Ce but « matinal » va couper les jambes aux Burkinabè, qui ne vont jamais entrer dans le match, encore moins le maîtriser.

La suite, c'est le naufrage, au propre comme au figuré. En l'absence de Yacouba Coulibaly, Steve Yago est aligné dans le couloir gauche pour colmater les brèches. A droite, c'est Patrick Malo qui s'en occupe. Il aurait pu aller permuter avec Yago. Mais ce n'était pas le plan du coach Duarte.

D'ailleurs, une perte de balle du sociétaire de Toulouse en France a failli profiter aux Sud Af. Heureusement, Bakari Koné était à la rescousse (31e mn). Une minute plus tard, Aristide Bancé remplace Cyrille Bayala, pourtant vivace.

Les secondes qui suivent seront fatales aux nôtres, car sur une relance du portier des Bafana Bafana, le ballon est dans le camp des Etalons et en 2 passes, voilà Percy Tau qui se présente devant le gardien adverse. Il ne se fait pas prier pour expédier la balle au fond des filets (33e mn, 2-0). La situation se complique.

Les Etalons sont pris à la gorge. Mal inspirés, ils ne savent que faire du ballon. D'ailleurs, une perte de balle de Bertrand Traoré a failli occasionner le 3e but des locaux. Ce break n'était d'ailleurs pas loin, car juste avant la pause, un long dégagement de leur gardien profite aux Sud-Africains pour faire le break (3-0 ; 45e mn).

Une équipe fantomatique et sans inspiration

La messe était dite. L'équipe de Duarte était sans âme. Rien ne lui réussissait. Bertrand était l'ombre de lui-même.

Les relances de Charles ne donnaient rien. Bancé n'a jamais pu frapper aux buts. La charnière centrale, Bakari Koné - Mohamed Ouattara, n'a jamais fonctionné. Dans cette configuration, il fallait s'en remettre aux balles arrêtées.

Et c'est d'ailleurs Alain qui sauvera l'honneur par un coup-franc bien botté (3-1 ; 87e mn). Le réveil était tardif. Et dire que les Bafana ont joué plus de 20 minutes en infériorité numérique.

Cette défaite intervient au pire moment, car à une journée de la fin des éliminatoires, même les piètres savants de la science inexacte du football savent que les Etalons n'ont plus leur destin en main.

La qualification est plus que jamais compromise avec la victoire des Lions sénégalais sur les Requins cap-verdiens (2 à 0). Le Sénégal prend même la tête du groupe avec 8 points et 2 matches en moins (il lui reste la double confrontation contre l'Afr. du Sud). Russie 2018 semble donc avoir définitivement tourné le dos au Burkina. Le rêve a-t-il pris fin ? En tout cas, le réveil est très douloureux.

Burkina Faso

Nantes - Année terminée pour Préjuce Nakoulma

Préjuce Nakoulma ne retrouvera plus les pelouses de la Ligue 1 cette année. Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.