6 Octobre 2017

Afrique: Les vieux frigos européens, véritables polluants en Afrique

Les vieux frigidaires qui ne peuvent plus être vendus en Europe finissent parfois en Afrique. Au Cameroun, la gestion de ces vieux appareils est devenue un casse-tête pour les autorités.

Les convois sont plus ou moins légaux. Quoi qu'il en soit, les vieux frigidaires jetés par les foyers européens finissent parfois en Afrique, où ils sont revendus sur le marché de l'occasion. Au Cameroun, la gestion de ces vieux appareils est devenue un casse-tête pour les autorités. Un casse-tête qui s'avère aussi être un véritable problème environnemental pour le pays. Des milliers de tonnes de gaz et autres produits toxiques se retrouvent à l'air libre.

Une chute vertigineuse des appareils recyclés

Au centre de contrôle Pan-environnemental par exemple, on récupère des appareils à des fins de recyclage, après leur seconde utilisation en Afrique. 22.000 réfrigérateurs ont été amené au centre en 2014. En 2015, le nombre d'appareils récupérés est descendu à 12.000 puis à 1.500 en 2016. Cette chute vertigineuse témoigne de l'abandon des bonnes pratiques par nombre d'utilisateurs qui laissent leurs vieux appareils sur le bord des routes, par ignorance ou par manque de volonté de payer les frais de récupération qui sont de 1.000 francs CFA par appareil.

Ainsi des milliers de tonnes de gaz, parfois nocifs, finissent dans l'air. Certains éléments des frigos doivent en plus normalement être exportés à nouveau vers l'étranger, car non gérables localement pour destruction. En trois ans, Pan-environnemental, qui n'est la seule entreprise de ce type au Cameroun, aurait exporté vers la France 50 kg d'éléments de ce type.

L'occasion, produit phare

La société Pan-environnemental peut intervenir aussi à l'achat des appareils, pour y apposer des autocollants environnementaux. Mais là encore ce contrôle n'est souvent pas réalisé."La plupart des frigos qu'on voit abandonnés sont ceux qu'on achète dans les brocantes et ils ne sont pas passés chez nous avant", estime Tiku Mirabelle Ayuk. L'occasion est d'ailleurs un marché très important dans le pays. "La majorité des frigos neufs vient des pays asiatiques. Et la tôle n'est pas aussi solide que ceux qui viennent d'Europe", explique Pierre Marie Assongfack. Importateur de frigidaires de seconde main depuis 20 ans, installé à Douala - Akwa, il vend ses appareils entre 70.000 et 190.000 francs CFA.

Le ministère de l'Environnement contrôle les appareils déclarés dans ses services avant l'importation, celle-ci étant soumise à la délivrance d'un visa technique. Mais les importateurs réussissent toujours à faire passer clandestinement des appareils dangereux au port de Douala. "Ils ont mille contacts dans leurs poches. Des fois les appareils sont dissimulés dans des conteneurs qui sont supposés ne pas en contenir, puis ils sont dissimulés dans les malles arrière des véhicules et ainsi de suite", raconte Sidi Baré, délégué régional du ministère de l'Environnement.

Le port de Douala dessert également le Tchad et la République centrafricaine. Mais les appareils électroménagers contenant des gaz appauvrissant la couche d'ozone sont de plus en plus rares sur le marché, suite aux mesures environnementales prises dans les pays producteurs.

Afrique

Importations alimentaires - L'Afrique atteindra 110 milliards $ d'ici à 2030 sans une alternative crédible

Un cauchemar pour la Banque africaine de développement (BAD) qui ne jure plus que sur la nécessité… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.