7 Octobre 2017

Madagascar: Communication à l'international - Les apppels d'un opérateur piratés

Six personnes ont été arrêtées pour avoir dérouté des appels de l'extérieur. Elles utilisent des gadgets d'encodage pour échapper aux taxes et aux frais.

Des piratages d'appels téléphoniques à l'international à destination de Madagascar portés au grand jour. Six suspects, dont un ressortissant chinois, ont été arrêtés. Du matériel de déroutage d'appels a été, dans la foulée, saisi.

Les préjudices d'une compagnie de téléphonie mobile qui en a fait les frais s'élèvent jusqu'à deux cents millions d'ariary, selon une source auprès de la police criminelle.

Le premier cas, pour lequel le Chinois incriminé et une jeune femme de vingt ans ont été placés en détention préventive à la maison centrale d'Antanimora, le 28 septembre, a été décelé à Ambodirano Itaosy.

Sitôt leur repaire découvert au moyen d'un traçage d'appels et d'un recours à la géolocalisation, des limiers de la brigade criminelle y ont débarqué, munis d'un mandat de perquisition pour les prendre sur le fait.

Les malfaiteurs utilisent un SIM box, selon des techniciens auprès de la police nationale. Selon leur explication, les personnes incriminées se sont abonnées à une terminale pirate qui intercepte les appels extérieurs qui leur sont destinés.

Les communications téléphoniques en question ne passent plus par le centre de transit international, où elles sont tarifées selon un montant conclu avec l'opérateur national.

L'indicatif du pays d'où proviennent les appels est retranscrit puis encodé à celui de Madagascar. C'est seulement après qu'ils parviennent aux destinataires pirates, au tarif d'une communication locale, avec l'indicatif +261.Ceux qui ont recours à ce type de service frauduleux s'adonnent le plus souvent à des activités lucratives.

Plainte

La brigade criminelle a travaillé de concert avec un expert international, la police scientifique et technique ainsi que celle spécialisée dans la lutte contre le cybercrime pour élucider cette affaire.

Pour le deuxième cas, incriminant les quatre autres suspects, la compagnie victime a déposé sa plainte, mardi, après avoir, constaté que le nombre d'appels depuis l'international via son réseau était en chute libre.

Les enquêteurs ont remonté de fil en aiguille les appels pirates pour cueillir un couple malgache, dans leur tanière à Analamahitsy. Celui-ci a, ensuite, balancé les prétendus fournisseurs, lesquels se sont fait arrêter à Ankadikely Ilafy.

Toutes les personnes incriminées dans ces subterfuges ont été arrêtées, selon la police. Elles sont inculpées d'exploitation de réseau téléphonique sans autorisation, d'installation illégale de station radioélectrique, d'utilisation de fréquence non assignée, d'établissement de réseau perturbant ceux existants et vols de communication téléphoniques.

Madagascar

Lutte contre la peste - Les puces d'Antanimora insensibles à tout insecticide

Les rats prolifèrent dans nombre de centres de détention à Madagascar. Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.