8 Octobre 2017

Cameroun: Pr. Come Ebana Mvogo - « Les patients ont été sélectionnés par des médecins »

interview

Chef de service d'ophtalmologie de l'hôpital central de Yaoundé.

Quelle est la tendance des maladies oculaires au Cameroun ?

Plusieurs maladies minent le secteur de la santé oculaire au Cameroun. Il y a les maladies banales et celles dites graves parce qu'elles peuvent entraîner la cécité. La principale maladie qui sévit au Cameroun, est la cataracte. Sa principale manifestation attaque le cristallin de l'œil. Cet organe qui permet la mise au point des images devient alors opaque. La cataracte survient principalement à cause de l'âge.

Pour la soigner, il suffit de remplacer le cristallin naturel par un artificiel. La seconde maladie est le glaucome. Pour celle-ci, il n'y a pas de traitement. Lorsqu'un patient est touché par la cécité causée par le glaucome, on ne peut plus rien faire. Donc il s'agit de prendre le malade en charge avant qu'il n'atteigne ce stade. En troisième position, il y a le trachome qui sévit beaucoup au niveau des régions septentrionales.

Au départ, c'est une banale conjonctivite qui va se compliquer, guérissant par des cicatrices qui provoquent une rétraction au niveau des paupières, les cils s'inversent et se mettent à frotter sur les la cornée de l'œil à la suite de ce processus l'œil va se blesser et ne va plus laisser passer la lumière d'où la cécité. Au-delà, il y a des maladies rétiniennes liées aux autres maladies comme le diabète. Enfin, il y a le grand volet de l'ophtalmo-pédiatrie qui concerne les enfants. Avec en tête le strabisme.

Comment vont se dérouler les activités de Flying Eye Hospital conduites par l'Ong Orbis ?

Ce qui est important avec l'Ong Orbis c'est qu'elle ne vient pas uniquement pour soigner les malades. Elle vient surtout pour former les praticiens camerounais à prendre en charge les maladies tant sur le plan médical que sur le plan chirurgical.

L'avion ne pouvant pas contenir tous les spécialistes et les malades, deux autres sites ont été choisis : l'Hôpital central et Cameroon Eye Institute d'Oback (Ndlr : Centre).

Dans ces lieux, la prise en charge sera conjointe entre les formateurs qui viennent avec Orbis et les médecins locaux. On aura des jeunes ophtalmologues qui vont donc apprendre les techniques d'opération avec du matériel de pointe. Certains vont tout simplement suivre les enseignements théoriques. 235 malades vont être pris en charge.

Comment s'est déroulée la sélection ?

Les patients ont été sélectionnés par les médecins impliqués. Supposons que vous êtes un jeune médecin à Hgopy, et que vous voulez participer à cette formation. Dans l'atelier glaucome vous allez sélectionner parmi vos malades des cas qui présentent une difficulté particulière pour qu'ils puissent être pris en charge. Ou tout simplement les soumettre à la disposition des experts pour qu'ils indiquent la meilleure prise en charge.

Les spécialistes formés pourront ainsi mieux prendre en charge les autres malades. Sinon pour ne pas être malade, il faut de façon générale consulter un ophtalmologue au moins une fois l'an.

Même lorsqu'on ne souffre pas d'un mal particulier. Pour ceux qui souffrent déjà, il fait se rendre à l'hôpital dès les premiers symptômes. Et surtout éviter l'automédication.

Cameroun

Le Premier ministre dans les zones anglophones pour négocier

Au Cameroun, c'est l'heure des négociations dans la crise de la zone anglophone. A la demande du président… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.