9 Octobre 2017

Ile Maurice: Crise à Air Mauritius - La CTSP condamne le licenciement avec effet immédiat des pilotes

La Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP) vole au secours des trois pilotes d'Air Mauritius qui ont été licenciés avec effet immédiat le vendredi 6 octobre.

Dans un communiqué de presse émis ce lundi 9 octobre, elle dit «condamner sévèrement la décision unilatérale d'Air Mauritius de renvoyer les trois pilotes sans leur donner l'occasion de se disculper».

Ce que dit l'Employment Relations Act

Reeaz Chuttoo, le président de la confédération, et Jane Ragoo, la secrétaire, qui signent le communiqué, soulignent que ce licenciement traduit «le régime totalitaire qui existe à Air Mauritius qui se prend pour un Etat dans un Etat».

Ils font ressortir que selon l'Employment Relations Act, tout travailleur doit avoir l'occasion de se défendre devant un comité disciplinaire des accusations portées contre lui par la direction. Après la tenue d'un comité disciplinaire, si la décision est prise de mettre à pied le travailleur, ce dernier a l'occasion de saisir une cour de justice qui décidera si la décision de la direction est justifiée ou non.

«Ingérence politique»

La Confédération des travailleurs des secteurs public et privé ajoute qu'en plusieurs occasions, le Premier ministre Pravind Jugnauth a fait part de l'importance de laisser les institutions faire leur travail sans aucune ingérence. L'instance syndicale fait aussi valoir qu'Air Mauritius ne peut pas être juge et partie. «C'est un mauvais signal envoyé à tous les employeurs du pays.»

Par conséquent, la CTSP exprime son «entière solidarité» envers les trois pilotes et tous les autres pilotes qui ont été «soumis à la répression et à l'humiliation pour non-respect de leur contrat de travail». Elle rappelle que depuis 2014, elle a plaidé pour un changement d'attitude à Air Mauritius qui «a continuellement refusé de s'engager à améliorer les conditions de travail et à augmenter le salaire de toutes les catégories de travailleurs, qu'ils soient d'Air Mauritius ou d'Airmate».

Réintégration immédiate réclamée

Les syndicalistes demandent la réintégration immédiate et sans condition des trois pilotes qui ont été «injustement licenciés». Ils réclament aussi que la direction d'Air Mauritius ouvre des négociations avec tous les syndicats existants sur les ébauches d'accords collectifs, qui sont «depuis longtemps» en sa possession. Enfin ils considèrent qu'il est «grand temps» que la compagnie nationale d'aviation commence à opérer selon les paramètres de la loi sans ingérence politique.

Ile Maurice

Rentrée parlementaire - Le gouvernement serein, l'opposition prête à dénoncer les scandales

Alors que la speaker rentrera au pays aujourd'hui, les parlementaires se disent prêts pour la rentrée… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.