9 Octobre 2017

Madagascar: Amoron' i Mania - Difficulté d'accès des paysans à l'aménagement rural

L'accès des associations paysannes à l'aménagement agricole n'est pas toujours évident, tout comme l'accès de la population aux infrastructures de base en milieu rural.

La mise en œuvre du projet PURSAPS (Projet d'Urgence pour la Sécurité Alimentaire et Protection Sociale) par le BVPI (Bassin Versant et Périmètres Irrigués) a permis d'améliorer d'une façon très significative les avancées en matière de gestion des bassins versants et des terres, de réhabilitation des périmètres irrigués et des infrastructures critiques dans la région d'Amoron'i Mania.

Préservation. Contribuant ainsi à la préservation de l'environnement et des revenus des familles des paysans producteurs ainsi que la réduction des vulnérabilités. Comme c'est le cas de certains petits producteurs rizicoles qui ont réalisé un rendement allant jusqu'à six tonnes à l'hectare. 1 192 ha de périmètres irrigués ont été réhabilités ainsi que des infrastructures afférentes, soit une augmentation de superficie rizicole cultivable de 448 ha.

2 168 paysans dont 297 femmes et qui ne sont autres que des propriétaires des terres, érigés en associations en sont les bénéficiaires. Malheureusement, il a été constaté, sur ces aménagements concernant les 1 192 ha, que, moins de 24 %, seulement, soit 278 ha ont été cultivés en riz. Soit un manque à gagner énorme.

Difficulté d'accès. Autrement dit, ces petits producteurs rencontrent des difficultés d'accès à ces aménagements pour de nombreuses raisons, comme l'absence de capacité financière. Aggravée par la culture de crédit qui reste et demeure un sujet tabou dans la majorité des cas. Ces producteurs ne peuvent donc pas faire plus et restent à l'échelle de petits exploitants avec des superficies de terres inexploitées, mais exploitables, plus particulièrement visible dans la partie ouest de la région.

Les problématiques du contexte à savoir : l'absence de service agricole et l'approvisionnement en intrants agricoles, la dégradation et mauvaise gestion des réseaux hydro agricoles et de l'infrastructure ont été certes en partie résolus, le temps d'un projet. Ce dernier qui prendra fin d'ici peu et dont la vulgarisation des bonnes pratiques, la capitalisation des acquis, la pérennisation des actions relèvent toujours d'une issue incertaine et qui fait aussi partie des problématiques du contexte.

Madagascar

Emeutes à Ikongo - Le procureur et le gardien chef en fuite

Les près de huit cents émeutiers auteurs de casse de la prison à Ikongo avant-hier veulent les… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.