9 Octobre 2017

Tunisie: En «luth» pour un monde meilleur !

On assistait à ce spectacle presque magique, où une fusion presque spirituelle s'installe entre le musicien et son instrument. Désormais, le duo ne fait plus qu'un, un seul être, une seule entité, merveilleuse qui part à la conquête du cœurs et de l'esprit.

A travers son spectacle musical «Un monde son peur», l'artiste irakien nous embarque dans un voyage dans le temps, en quête de l'antique musique sumérienne, dont il revendique l'héritage.

Il nous a raconté son aventure, de Bagdad au Caire, du Caire à Constantine, puis à Khartoum, Abou Dhabi, Doha, des villes où il vient régulièrement poser ses notes et où il a créé dans chacune d'elles une «maison de l'oud» avec l'ambition de tramer une vaste conspiration pour la paix via cet instrument millénaire. Il a évoqué les «cinq années merveilleuses entre 1993 et 1998» qu'il a passées en Tunisie où il enseignait le luth irakien à l'Institut supérieur de Musique de Tunis.

Nommé l'artiste de l'Unesco pour la Paix, Naseer Shamma s'emploie à travers son instrument à la mise en place d'un programme d'enseignement au profit des enfants dans les écoles situées dans les zones de conflit pour combattre l'extrémisme et la violence à travers l'apprentissage de la musique et du luth.

Généreux, curieux et habile, avec ses doigts, il fait naître des mélodies, jaillir des sons et des lumières dont le déchaînement enflamme et inquiète, apaise et console mais réjouit toujours.

Chaque morceau interprété est une invitation au voyage dans l'espace de Bagdad à Grenade, et dans le temps, de l'époque d'Al Farabi (872-950) jusqu'à nos jour.

En effet, fortement imprégné de l'héritage millénaire de l'illustre philosophe qui a élaboré une théorie de l'harmonie musicale, Shamma joue parfois de son luth comme d'une guitare. Virtuose et puissant, son jeu est chaleureux, fougueux et romanesque. «Jimi Hendrix du maqâm», Shamma s'exprime à travers le luth, il aime, il pleure, il revendique, il questionne, il enrage, il lutte et il espère.

Il en résulte une musique riche, chaude, et d'une énergie vibrante, qui puise son originalité dans les racines profondes d'une culture millénaire. De quoi ravir un parterre déjà conquis dès la première note !

Evoquant la spécificité du festival «Mûsîqât», qui s'étalera jusqu'au 21 octobre prochain, le directeur du Centre des musiques arabes et méditerranéennes, Anis Meddeb, a déclaré : «Ce festival cherche à faire connaître les diversités musicales à travers l'ouverture sur les différents genres musicaux dans le cadre d'un dialogue entre les civilisations».

Il a révélé, également, à ce sujet que le centre accueillerait prochainement des manifestations consacrées à la recherche musicale et aux problèmes touchant le secteur, précisant qu'une rencontre internationale, du 6 au 8 décembre prochain sera organisée au Palais Ennejma Ezzahra avec la participation de chercheurs en musicologie venus de Belgique, d'Italie, de France, du Liban et de Tunisie pour débattre des sujets autour des maquams dans la période actuelle. Nous y reviendrons !

Tunisie

Trio d'enfer !

Le public venu nombreux, composé de mélomanes et de représentants de l'ambassade d'Autriche, s'est… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.