9 Octobre 2017

Afrique de l'Ouest: Forum de Niamey sur l'élimination de la fistule obstétricale - Le combat de Mme Ouattara et des 1ères Dames de la CEDEAO

Débuté le 2 octobre dernier, le Forum des Premières Dames de la CEDEAO, a pris fin ce jeudi 05 octobre 2017 à Niamey. A l'instar de ses sœurs des pays de la sous-région, la Première Dame de Côte d'Ivoire, Madame Dominique Ouattara a pris part à ce forum sous régional pour la lutte contre la fistule obstétricale.

Ainsi, du 02 au 05 octobre 2017, les Premières Dames de l'Afrique de l'Ouest se sont penchées sur cette épineuse question de santé.

Au cours de la cérémonie solennelle au Palais des congrès de Niamey, les Premières Dames ont reçu le soutien de ses SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger et de Faure Gnassingbé, Président de la République Togolaise et Président en exercice de la CEDEAO.

Pour sa part, la Première Dame, Dominique Ouattara a traduit aux autres Premières Dames et aux délégations ministérielles pré- sentes à ce forum, la volonté de la Côte d'Ivoire de vaincre la fistule obstétricale.

A l'issu des travaux et des discussions, les épouses des Chefs d'Etat se sont engagées à l'unanimité à lutter non seulement pour l'éradication de la fistule obsté- tricale en Afrique de l'Ouest, mais aussi, contre les mutilations génitales féminines et l'impact des violences basées sur le genre, sur les femmes et les jeunes en Afrique de l'Ouest.

A cet effet, les épouses des chefs d'Etat de la sous-région ont fait six (06) recommandations. Ainsi, pour ces dernières, il convient premièrement de prendre des mesures concrètes et efficaces pour l'élimination de la fistule obstétricale à travers le renforcement des structures de prévention et de prise en charge dans tous les pays.

Deuxièmement, il convient d'assurer à toutes les femmes et les filles, une protection légale suffisante contre les causes de la fistule obstétricale. Troisièmement, il faut combattre fermement la pratique des mariages d'enfants, des mutilations génitales féminines et des viols.

Quatrièmement, il faut accroître les ressources nationales pour la pré-vention, le traitement chirurgical et la réinsertion socio-économique des filles et femmes guéries ou non de la fistule.

Cinquièmement, il faut mettre en place et/ou renforcer les programmes nationaux de lutte contre les fistules obstétricales.

Et enfin, sixièmement, il faut renforcer les législations nationales afin de prévenir et de condamner effectivement les auteurs d'actes de violences basées sur le genre notamment le mariage des enfants, les viols favorisant la fistule obstétricale.

Les Premières Dames se sont données rendez-vous à Abidjan du 16 au 18 octobre 2017 dans le cadre d'un sommet pour plancher sur l'épineuse question de la lutte contre la traite, l'exploitation et le travail des enfants en vue du renforcement des systèmes de protection de l'enfant contre les violences, les abus et l'exploitation.

Cote d'Ivoire

Une conférence BTP et Infrastructures à Dakar pour créer une Afrique émergente

La 4è édition des conférences Kaizene se tiendra à DAKAR au Sénégal les 14 et… Plus »

Copyright © 2017 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.