9 Octobre 2017

Sénégal: Région de Ziguinchor - La communauté musulmane favorable à l'implantation de l'Ucao à Coubalan

Sous la houlette du Khalife général des Kalounayes, El Hadj Ismaïla Diédhiou, les 13 chefs de villages et imams de cette zone de l'arrondissement de Tenghory (Bignona), ainsi que l'écrasante majorité des populations locales, ont organisé, samedi dernier, une séance de lecture du saint Coran, formulé de ferventes prières et initié une marche de sensibilisation pour exprimer leur adhésion à l'implantation de l'Université catholique de l'Afrique de l'Ouest (Ucao) à Coubalan.

Dans ce sens d'ailleurs, les manifestants ont remis un mémorandum au maire de la commune de Coubalan, Abdoulaye Diédhiou. Dans le document, les chefs de villages, imams et populations ont rejeté les tentatives de manipulation et les propos irrespectueux, prêtant à l'Eglise une volonté d'accaparer les terres, « alors que l'affectation de celles-ci par le défunt conseil rural avait fait l'objet d'une demande en bonne et due forme de la part de Monseigneur feu Maixent Coly, ancien évêque de Ziguinchor », ont-ils fait remarquer. Par ailleurs, les manifestants ont demandé à l'Etat d'apporter son soutien pour la préservation du caractère privé du site de l'Ucao à Coubalan, la pérennité des investissements déjà réalisés et la liberté d'aller et de venir des ouvriers sur le chantier.

Les manifestants ont encouragé aussi les autorités régionales de l'Université catholique de l'Afrique de l'Ouest à user de toutes les voies de droit pour empêcher les intrusions de personnes non autorisées sur le site et d'assurer la liberté du travail au sein de l'établissement dont l'ouverture est envisagée en 2017-2018. Ils n'ont pas manqué d'appeler leurs compatriotes à s'organiser pour exploiter les opportunités que leur offre l'implantation de cette université, notamment en matière d'emplois, de promotion des activités génératrices de revenus et de création d'un climat social apaisé. De plus, les marcheurs ont invité les autorités religieuses à apporter leur soutien à la réalisation intégrale de l'Ucao dans leur terroir, exhortant les populations encore réticentes à adhérer au projet.

Quant au maire de la commune de Coubalan, Abdoulaye Diédhiou, il a expliqué cette prise de position du Khalife général des Kalounayes, El Hadj Ismaïla Diédhiou et des manifestants, par la volonté de ces derniers de restaurer la paix pour l'installation définitive de l'Ucao à Coubalan. M. Diédhiou a estimé qu'on ne remerciera jamais assez les promoteurs d'avoir accepté, avec les propriétaires terriens des villages de Coubalan et de Djigounoume, l'implantation de cette université. A l'en croire, l'implantation de cet établissement permettra aux générations futures de toute la zone des Kalounayes de faire leurs cycles élémentaire, secondaire et universitaire sur place, et d'être dans des conditions requises pour étudier en toute quiétude et réussir à leurs examens.

Le maire n'a pas occulté les impacts incommensurables de l'ouverture de l'Université catholique de l'Afrique de l'Ouest à Coubalan sur les plans social et économique. Ainsi donc Abdoulaye Diédhiou a tendu une main fraternelle à tous ses compatriotes pour accompagner l'implantation paisible de l'Ucao dans leur chef-lieu de commune.

Sénégal

La crise israélo-palestinienne mobilise au Sénégal

Comme dans de nombreuses villes du continent, un rassemblement a été organisé à Dakar ce… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.