9 Octobre 2017

Cameroun: Crise anglophone - Pas d'huile sur le feu!

opinion

Un peu plus d'une semaine après la journée agitée du 1er octobre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le gouvernement et divers acteurs nationaux et internationaux s'attèlent actuellement à la recherche de solutions durables afin de prévenir la violence et d'entretenir la paix dans ces régions.

Dans leur ensemble, les Camerounais déplorent les pertes en vies humaines enregistrées au cours de ces troubles qui menaçaient la stabilité des institutions et l'intégrité territoriale du Cameroun. Point n'est plus besoin d'en rajouter à la polémique. Il est plutôt question de panser les plaies de ces déchirures, de prêcher l'apaisement et de s'inscrire dans la voie du dialogue. Le dialogue « franc et inclusif », prescrit à l'unisson pour juguler cette crise, doit procéder d'une capacité d'écoute.

Quels que soient sa forme, son contenu et ses animateurs, le dialogue appelé à dissiper les malentendus et les incompréhensions devrait se départir des aspérités telles que la surenchère dans les revendications, le chantage, le déni de réalité. Ce processus, loin d'être une simple incantation, est fait pour permettre aux uns et aux autres de s'écouter et d'adopter des solutions consensuelles. Il doit emprunter à nos mécanismes et expériences endogènes de gestion et de résolution des crises.

Dans ce domaine, le Cameroun a comme source d'inspiration son vécu historique pour résoudre cette crise. Mais en attendant que soient définis les contours de ce dialogue, il y a lieu d'inviter les uns et les autres à proscrire les discours va-t-en guerre susceptibles de jeter de l'huile sur le feu et de raviver les rancœurs. L'on note pour le déplorer que certains messages enregistrés ces derniers temps ne sont pas de nature à créer un environnement favorable à la décrispation.

L'on ne peut en même temps appeler au dialogue et souffler sur les braises. Si nous condamnons unanimement l'usage de la violence d'où qu'elle vienne, est-il raisonnable et responsable, à partir de certaines voies de fait, d'insinuer qu'un génocide se prépare ou se pratique au Cameroun ? Dans ce processus de construction d'un cadre favorable à la paix et au dialogue, la responsabilité des hommes de médias est centrale. Ils doivent aider à construire un climat de confiance et de sérénité en évitant de tenir ou de relayer des propos incitant à la haine, à la violence et à la division.

Cette sensibilisation doit également être l'affaire des personnes-ressources appelées à animer certaines émissions de débats sur les chaînes de télévision et de radio. Ces derniers temps, l'on a enregistré d'inadmissibles entorses à la déontologie et à l'éthique professionnelles de la part de certains journalistes. Des agissements qui constituent de sérieuses entraves au vivre-ensemble et à la cohésion nationale.

La sortie vendredi du Conseil national de la Communication sur cette question vient à point nommé. Cette instance autonome de régulation a exhorté fort opportunément les acteurs des médias à « œuvrer par leur professionnalisme, leur objectivité et leur patriotisme à la promotion de la cohésion sociale, gage de l'effectivité de notre vivre-ensemble et de la pérennité de l'unité de notre nation ». Il restera à engager une réflexion pour inviter une fois de plus les Camerounais à adopter une posture patriotique et citoyenne dans l'utilisation des réseaux sociaux.

Dans ces plateformes, circulent régulièrement des messages de nature à jeter de l'huile sur le feu, à exacerber les rancœurs et à rouvrir les plaies. Même s'il est difficile de réglementer ces « nouveaux médias », de nouveaux appels pour un usage responsable de ces plateformes ne sont absolument pas de trop.

Cameroun

Le dur combat des familles des victimes un an après la catastrophe ferroviaire d'Eséka

Le 21 octobre 2016 le déraillement d'un train provoquait la mort de 79 personnes au Cameroun. Un an après… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.